AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fearing no manners of ghouls. / Eir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RAKENNUS
avatar

MESSAGES : 143
DATE D'INSCRIPTION : 15/01/2011
GRADE/MÉTIER : Leader Rakennus / mercenaire

MessageSujet: Fearing no manners of ghouls. / Eir   Lun 29 Aoû - 0:19



Fearing no manners
of ghouls



Il frappe trois coups secs, réguliers, sur la porte du bureau de la seule stratège qui vaut la peine d’être dérangée pour le problème du jour.
Ou plutôt, disons, la seule stratège à qui il n’a pas déjà donné du travail pour l’occuper bêtement le temps de discuter avec quelqu’un qui saura parfaitement répondre à ses attentes, même si Sven doit bien avouer qu’il s’attend aussi à un parfait dialogue de sourds avec Eir. Mais c’est la plus ancienne stratège, la plus aguerrie du camp, et il n’y a malheureusement qu’elle qui puisse l’aider.
Il attend une réponse, une invitation pour pénétrer dans le bureau. Dès qu’il l’a, il ouvre la porte, rentre dans la pièce avec les quelques papiers qu’il a pour leur potassage du jour, et referme le battant derrière lui.

« Il faut qu’on parle. »

Oh, non, pas cette phrase, il la déteste. Mais c’est on ne peut plus vrai, il va falloir qu’ils aient une discussion plus ou moins sérieuse s’ils veulent s’en sortir.
Il lui tend les papiers.

« Jusqu’ici, personne n’est au courant. Mais pour faire simple, on va devoir déplacer un certain nombre de choses à travers le plateau, de quoi faire des petits camps qui survivront à l’hiver, de manière à les installer le plus au nord possible pour observer ce qu’il se passe, mais on a un problème qui se pose. Les goules. Vu qu’on ne sait toujours pas d’où elles viennent mais qu’on passe le plus clair de notre temps à les découper, il va falloir trouver le moyen d’organiser notre convoi de manière à éviter les zones infestées. »

Lesquelles, de zones infestées ? Les goules ne se font pas spécialement de nids, elles avancent, hagardes, au milieu de la neige en attendant de mordre dans un bras ou une jambe humaine, de grignoter les restes d’un cadavre congelé, ou tout simplement de se faire décapiter par quelqu’un qui passait par-là avec une arme.

« Tu viens de récupérer les derniers rapports concernant les zones en question les plus proches du camp. Mais on n’a encore envoyé personne plus en avant. »

En même temps, personne ne veut partir plus loin du camp pour compter les goules qui passent en espérant ne jamais être repéré par ces bestioles.



Vagabonde en #4682b4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RAKENNUS
avatar

MESSAGES : 80
DATE D'INSCRIPTION : 21/05/2011
GRADE/MÉTIER : stratège

MessageSujet: Re: Fearing no manners of ghouls. / Eir   Lun 29 Aoû - 1:00




take second best; put me to the test

___________________________________


    ??? : Il faut qu'on parle.

Ce n'est pas que tu ne savais pas qui frappait à ta porte. C'est plutôt que tu ne t'y attendais pas. Tu ne t'attendais pas non plus à ce que quelqu'un ne rentre sans autorisation. Mais en même temps, maintenant que tu vois de qui il s'agit ça ne t'étonne pas.

Tu es toujours assise à ton bureau. Les pieds sur le bois, un dossier maigre reposant sur tes cuisses, à te demander comment quelqu'un peut remplir aussi mal un rapport de mission et qui lui a apprit à tenir sa plume. Tu ne prends pas la peine de te lever, il n'a pas prit la peine d'attendre que tu l'invites à rentrer.

Tu aurais bien fait une remarque sarcastique sur la tournure de sa phrase, mais maintenant que tu vois les rides qui se forment entre ses sourcils et l'ombre de cernes sous ses yeux, tu vas éviter. Tu viens de ranger ton bureau après tout ça serait dommage de le saccager maintenant avec un combat que personne ne gagnera.

    SVEN : Jusqu’ici, personne n’est au courant. Mais pour faire simple, on va devoir déplacer un certain nombre de choses à travers le plateau, de quoi faire des petits camps qui survivront à l’hiver, de manière à les installer le plus au nord possible pour observer ce qu’il se passe, mais on a un problème qui se pose. Les goules. Vu qu’on ne sait toujours pas d’où elles viennent mais qu’on passe le plus clair de notre temps à les découper, il va falloir trouver le moyen d’organiser notre convoi de manière à éviter les zones infestées.

Tu écoutes avec intérêt, et tu attends précautionneusement qu'il finisse sa phrase avant d'accepter le dossier. Ce n'est pas comme si tu avais le choix de toutes façons, mais tu aimes savoir si ça risque de t'exploser à la figure.

Et avec les goules ce n'est qu'une question de temps.

Tu te doutais bien que Sven voudrait créer des stations plus au Nord, parce que toi aussi tu l'as eu cette idée, elle est bonne, mais tu as vite abandonné lorsque tu as recherché des informations.

Tu lâches un grognement résigné, c'est ta réaction habituelle lorsqu'on parle de monstres mangeur de chair humaine après tout, et tu poses avec peu de cérémonie le dossier que tu avais dans les mains, en décroisant tes chevilles et reposant tes semelles au sol.
    SVEN : Tu viens de récupérer les derniers rapports concernant les zones en question les plus proches du camp. Mais on n’a encore envoyé personne plus en avant.  

Tu feuillettes rapidement le dossier, en lisant en diagonale à la recherche de mots clés “ attaques ”, “ pertes ”, “ danger ”.... Et finalement tu te lèves vers la carte que tu as accroché au mur. Tu l'as commencé il y a plusieurs semaines lorsque Sven a commencé à envoyer les équipes de plus en plus vers le nord et que tu as commencé à y voir un motif. Tu encres en noir les zones infectées et tu te retournes finalement vers lui :

    EIR : Il fallait vraiment que tu choisisses la banquise.

Ce n'est pas un reproche, juste un constat. Il rend vraiment ton travail plus difficile.

Tu masses le haut de ton nez entre ton pouce et ton index, toujours dos à lui en fixant la carte.
    EIR : Pour l'instant, voilà ce qu'on a put répertorier. Ce sont toutes les altercations que les fractions ont eu avec les goules. Plus ces saletés étaient présentes, plus la croix est grosse.

Le problème, c'est que maintenant ta carte est pleine de taches noires, on dirait presque qu'elle aussi pourri de l'intérieur.
    EIR : Pour l'instant on a pas encore assez de données, on ne sait pas encore comment ces saloperies se déplacent.

Les animaux ont tous une logique de déplacement, ils sont prévisibles et se déplacent pour répondre à des besoins. Les humains aussi se déplacent selon des motifs reconnaissables et prévisibles. Les goules ? Pour l'instant elles se déplaceraient presque au gré du vent, leur motif est incompréhensible et vu que les recrues refusent de s'en approcher il est impossible de savoir quels individus appartiennent à quel groupe.
    EIR : Si tu veux régler le problème aujourd'hui, on va y être pour un moment.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://redbubble.com/people/cosmicfail
RAKENNUS
avatar

MESSAGES : 143
DATE D'INSCRIPTION : 15/01/2011
GRADE/MÉTIER : Leader Rakennus / mercenaire

MessageSujet: Re: Fearing no manners of ghouls. / Eir   Lun 29 Aoû - 17:31


Sven hausse les épaules à la remarque de la stratège. Il n’allait certainement pas choisir de s’installer au sud sachant que l’été avait toujours eu tendance à le laisser plus mort que vif. D’autant qu’avec son métier, son à côté, il partait bien assez souvent aux abords de la capitale. Pas besoin, en plus, d’y installer un pied-à-terre pour faire de grands signes à certains de ses employeurs réguliers.
Autant distribuer des invitations au meurtre à toutes les personnes peuplant la capitale.

Il s’approche un peu, regarde la carte que Eir lui montre. Elle est couverte de croix noires. Plus il y a de goules, plus la croix est grosse, et cette carte ressemble juste à un amas de taches d’encre noire. S’il y a un jour le dessin de quelque chose sur le papier, il a disparu sous les goules. Sven fronce les sourcils, retient un soupir. Si c’est vraiment à ce point, ils ne sont pas rendus. Ils finiront par devoir demander des renforts à Frey et Pehr ne serait-ce que pour garder une douzaine de personnes en vie au milieu de ce foutoir.

« Merveilleux… Un océan de créatures anthropophages, on ne pouvait pas rêver mieux. »

Ceci dit, s’ils ne savent pas comment elles se déplacent, ils savent au moins une chose. Que Eir doit savoir. Mais qu’elle a peut-être oubliée, ou qu’elle n’a simplement pas jugée importante. Sven s’approche de la carte, désigne machinalement Ulfdalar, qui est un peu plus à l’est de leur position, puis le camp. A chaque fois, il y a des croix assez grosses aux abords des deux locations sur la carte. A chaque fois, il y a plus de goules.

« Ceci dit, on sait qu’elles sont attirées par les groupes d’humains. Et plus ils sont grands, plus elles sont nombreuses. Plus elles sont hargneuses et excitées, aussi, donc on peut déjà partir du principe qu’on a intérêt à éviter de faire des groupes trop importants pour ne pas se retrouver submergés par une centaine de goules qui attendent de mordre dans quelque chose depuis des semaines. Pour autant qu’on le sache, elles ne mangent pas autre chose que des humains, non ? »

Non ? Bonne questions. Jusqu’ici, le mystère reste entier, mais si elles sont attirées par les humains, c’est qu’il y a une raison. Il essaie de souvenir d’une fois où il a vu une goule face à un animal, mais rien ne lui revient. Ah. Oui, c’est vrai. A chaque fois qu’il est question de découper de la goule, ils y vont à pieds. La prochaine fois, il emmènera un pigeon.

« On n’a plus qu’à se mettre au boulot, que veux-tu que je te dise ? Si on arrive à savoir d’où elles viennent, on pourra peut-être trouver un moyen de s’en débarrasser. Je doute que ça perturbe grandement la chaîne alimentaire. Par contre, pour savoir d’où elles viennent, il faut remonter au nord. Donc traverser cette espèce de marée de squelettes des grands froids… »

Il regarde sa stratège.

« Sauf si tu préfères qu’on aille juste en capturer pour voir comment elles se comportent. Ce serait une idée, tiens, comme ça on pourrait voir si les animaux les intéressent ou pas et voir si leurs membres repoussent après qu’on les ait coupés. Et au pire il reste la décapitation. »



Vagabonde en #4682b4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RAKENNUS
avatar

MESSAGES : 80
DATE D'INSCRIPTION : 21/05/2011
GRADE/MÉTIER : stratège

MessageSujet: Re: Fearing no manners of ghouls. / Eir   Ven 2 Sep - 1:10




i will deliver, you know i'm a forgiver

___________________________________


    SVEN : Merveilleux… Un océan de créatures anthropophages, on ne pouvait pas rêver mieux.
Eir ne pourrait pas être plus d'accord. Beaucoup théorise sur la création de ces créatures. Pour elle, il n'y a pas de doutes, il y a un nécromancier qui s'est planté. Encore. Ils ne sont pas trop aimé dans le milieu et c'est quand on voit ce genre de "recherches" qu'on comprend pourquoi. Il suffit qu'ils en ai crée un, en essayant de rendre indépendant l'un des corps ou après une expérimentation étrange, pour que ces saloperies se mettent à pulluler sur les terres.

Du coin de l'oeil, elle guette Sven et à voir son regard insistant; il doit attendre quelque chose de sa part. C'est dommage, Eir n'a jamais répondu aux attentes de ses parents, ce n'est pas avec sven que ça va commencer.

    SVEN : Ceci dit, on sait qu’elles sont attirées par les groupes d’humains. Et plus ils sont grands, plus elles sont nombreuses. Plus elles sont hargneuses et excitées, aussi, donc on peut déjà partir du principe qu’on a intérêt à éviter de faire des groupes trop importants pour ne pas se retrouver submergés par une centaine de goules qui attendent de mordre dans quelque chose depuis des semaines. Pour autant qu’on le sache, elles ne mangent pas autre chose que des humains, non ?

Eir se passe la main droite sur la figure alors que sa main gauche est posée sur ses côtes. Les bras croisés, dans une posture peut-être un peu trop défensive, elle écoute. S'attend-il vraiment à ce qu'elle lui sorte un manuel sur les goules ? Malheureusement il ne doit pas encore être en stock, et, heureusement, elle n'est pas nécromancière. Jouer avec des cadavres toute la journée ça devient ennuyeux à la longue.

    SVEN : On n’a plus qu’à se mettre au boulot, que veux-tu que je te dise ? Si on arrive à savoir d’où elles viennent, on pourra peut-être trouver un moyen de s’en débarrasser. Je doute que ça perturbe grandement la chaîne alimentaire. Par contre, pour savoir d’où elles viennent, il faut remonter au nord. Donc traverser cette espèce de marée de squelettes des grands froids…


On n'a plus qu'à se mettre au boulot. Voilà la phrase qu'Eir déteste le plus au monde. Oh, non, ce n'est pas le travail qui l'ennuie. Mais plutôt le fait de travailler, sur un sujet aussi “mordant” avec Sven.

    SVEN : Sauf si tu préfères qu’on aille juste en capturer pour voir comment elles se comportent. Ce serait une idée, tiens, comme ça on pourrait voir si les animaux les intéressent ou pas et voir si leurs membres repoussent après qu’on les ait coupés. Et au pire il reste la décapitation.

Pour une fois, Eir n'a pas envie de lui sortir une réplique cinglante. Il demande beaucoup d'elle sur cette affaire, mais maintenant plonger les mains dans un cadavre en décomposition lui semble assez attrayant.

    EIR : Ce serait plus facile d'en capturer un spécimen si on se débarrassait de ses quatre membres.

Pour l'instant, elle préfère ne rien lui promettre. Elle a assez d'expérience pour savoir ne pas faire de promesse.

Mais il est aussi hors de question qu'elle n'essaie pas par peur d'échouer.

    EIR : Un grand nombre de petites fractions peut-être intéressant, mais dans ces cas-là les pertes sont inévitables et même si les pertes humaines t'importes peu. Là il va être question de matériels et ça, ça a de la valeur.

Le leader des rakennus ne donne aucune valeurs à ses recrues ? Quel choc. C'est comme ça que les mercenaires sont entrainés, minimiser les pertes et les dommages collatéraux. Les recrues ont une espérance de vie ridicule par rapport à la leur dans tous les cas, ils sont remplaçables.

    EIR : Il faudrait tester leur résistance à la chaleur. Il y a peut-être une raison pour qu'elles restent aussi haut. Je suppose que les cadavres en décomposition n'aiment pas beaucoup la chaleur. Le froid peut les conserver.


Ceux qui insinuent que la magie n'a aucune logique ne connaissent rien à la magie. Il faudrait beaucoup, mais alors, beaucoup de pouvoir et d'énergie pour concevoir quelque chose qui résistent aux lois de la nature. Même pour les élémentalistes il faut une certaine dose d'entretien.

C'est ce qui la fait tilter. Et, alors qu'elle parlait jusque là en majorité à elle-même, cette pensée la fit froncer les sourcils, et, finalement, se tourner vers Sven.

    EIR : Si elles résistent. Il faudra envisager l'éventualité qu'elles soient entretenues. Et si c'est le cas, on a un ennemi bien plus inquiétant que ta sœur.


Ces saloperies condamnent une grande partie du continent, leurs victimes ne se comptent même plus et elles sont contagieuses. Si elles sont crées par quelqu'un, oserait-elle penser, par un Homme, et bien ils sont foutus. Si c'est le cas, il s'agit de quelqu'un de très puissant qui a pour seul but: la fin de l'espèce humaine.

Mais ça serait s'avancer, et le peu d'optimiste qu'il reste chez Eir préfère se dire qu'il y a peu de chance qu'une telle personne existe.

    EIR : Gardons en mémoire cette hypothèse, et ramenons des spécimens, un à un, histoire de les découper assez finement pour la rendre absurde.

Elle n'ajoute pas qu'ils seraient foutus, mais le message doit être passé. Il faut dire qu'entre cette hypothèse et la carte où les croix noires pullulent. Rien ne semble très positif pour leur futur proche.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://redbubble.com/people/cosmicfail
RAKENNUS
avatar

MESSAGES : 143
DATE D'INSCRIPTION : 15/01/2011
GRADE/MÉTIER : Leader Rakennus / mercenaire

MessageSujet: Re: Fearing no manners of ghouls. / Eir   Dim 4 Sep - 15:42




Un rire sans joie échappe à Sven quand Eir mentionne le matériel et les recrues. Pertes humaines, pertes matérielles. Il va falloir les minimiser, bien sûr, et c’est bien dans ces moment-là qu’une envie entière dédiée au mercenariat a ses avantages, et la stratège en est parfaitement avertie. Le chef Rakennus croise les bras, reste à observer la carte, plus machinalement qu’autre chose.

« Hors de question que je parte avec des bleus, sur ce coup. Si je dois minimiser les pertes humaines comme matérielles, je n’emmène personne qui n’ait pas déjà un minimum d’expérience. Si je veux éviter les pertes de matériel inutiles, il me faut des personnes entraînées pour s’occuper de tout ce qu’on pourra emporter avec nous. Ce qui veut dire que ce seront autant de personnes capables de s’occuper d’elles-mêmes en cas de problème, ce qui nous permet par la même occasion de ne pas avoir à construire d’autres bûchers pour se débarrasser des corps. Ou en tout cas, pas trop. »

Ou tout simplement de les abandonner là et de finir par devoir décapiter un ancien camarade transformé en goule par on ne sait trop quel hasard, magique ou non, mais sans doute pas bénéfique.

C’est unn sourire qui se dessine finalement sur les lèvres de Sven quand il est question de sa sœur, Frey. C’est drôle, comme leur petit jeu de rivalités fraternelles à peine exagéré a tendance à marquer les esprits et à être catalogué directement comme leur relation. Si Eir savait. Et peut-être le sait-elle, au final, que son chef s’entend beaucoup mieux avec sa sœur qu’ils ne se sont mis d’accord pour le laisser croire.
Poing fermé, avec le côté de son index contre les lèvres, Sven réfléchit. Tester la résistance à la chaleur est une idée, mais à ce moment-là, il va leur falloir un mage. Le temps que Frey se débarrasse de ses responsabilités et ne les rejoigne, le dégel de l’année suivante aura commencé. Il ne leur reste globalement que Pål, mais ils ne peuvent décemment pas partir tous les deux.

Oh, après, ce n’est pas non plus comme s’il n’y avait aucune goule à s’approcher suffisamment du camp pour tester ça directement sur place.

« Okej. Donc, déjà, on va pouvoir aller dire à Pål qu’on a une mission pour lui qui va consister à voir si les goules brûlent bien. Après, il faut décider si on fait ça dans le camp ou en extérieur ? Avant, ou après avoir capturé quelques spécimens pour voir comment on peut les découper, ou que sais-je d’autre ? »

Eir a raison sur un point, ils ne pourront jamais amener des goules vivantes au camp autrement que spécimen par spécimen. Ils risquent déjà de perdre deux ou trois personnes dans le processus, autant ne pas doubler voire tripler le chiffre final des bûchers à construire en plein hiver pour ne pas se retrouver avec des goules surprises dans les dortoirs.

« Et autre question cruciale, combien ramène-t-on de ces saloperies ? Quittes à construire des cages, autant savoir combien on en aura qu’on puisse mettre quelques personnes à contribution et distribuer les prochaines sanctions pour la semaine. »



Vagabonde en #4682b4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RAKENNUS
avatar

MESSAGES : 80
DATE D'INSCRIPTION : 21/05/2011
GRADE/MÉTIER : stratège

MessageSujet: Re: Fearing no manners of ghouls. / Eir   Jeu 15 Sep - 1:31




reach out and touch faith

___________________________________




      SVEN : Hors de question que je parte avec des bleus, sur ce coup. Si je dois minimiser les pertes humaines comme matérielles, je n’emmène personne qui n’ait pas déjà un minimum d’expérience. Si je veux éviter les pertes de matériel inutiles, il me faut des personnes entraînées pour s’occuper de tout ce qu’on pourra emporter avec nous. Ce qui veut dire que ce seront autant de personnes capables de s’occuper d’elles-mêmes en cas de problème, ce qui nous permet par la même occasion de ne pas avoir à construire d’autres bûchers pour se débarrasser des corps. Ou en tout cas, pas trop

    Eir hausse un sourcil, se mordant presque la langue pour éviter de dire quelque chose dans les lignes de “ si t’amènes de bleus t'aura des goules en plus et c'est tout. ” Parce que ça ne le fera pas partir plus vite, c'est sur. Mais en même temps, il ne devrait pas partir non plus, ce n'est jamais bon signe d'avoir un camp sans chef.

      SVEN : Okej. Donc, déjà, on va pouvoir aller dire à Pål qu’on a une mission pour lui qui va consister à voir si les goules brûlent bien. Après, il faut décider si on fait ça dans le camp ou en extérieur ? Avant, ou après avoir capturé quelques spécimens pour voir comment on peut les découper, ou que sais-je d’autre ?


    C'est là qu'être un tantinet paranoïaque peut vous sauver la vie. Il y a beaucoup à dire sur ce qui pourrait arriver, que ça soit une fuite de goule, des recrues bourrées qui se lancent des paris d'aller s'approcher des goules comme ils le font parfois des animaux. Ou encore plus inquiétant, que la cendre de leur corps, la fumée, soit toxique.

      SVEN : Et autre question cruciale, combien ramène-t-on de ces saloperies ? Quittes à construire des cages, autant savoir combien on en aura qu’on puisse mettre quelques personnes à contribution et distribuer les prochaines sanctions pour la semaine.

    Ils doivent avoir l'air sympathique avec leurs sourcils froncés à se ronger les ongles.

    Il n'y a pas de bonnes réponses à ça. Ramener des goules près d'eux alors qu'ils devraient les fuir n'est pas une bonne idée. Il ne manquerait plus que ces parasites laissent derrière eux une trainée d'hormones comme les fourmis et que leurs essaims viennent envahir le camp. Voilà ce qu'Eir devrait expliquer à Sven. C'est logique et une théorie intéressante. Maintenant; ce n'est pas exactement ce qu'elle a dit.

      EIR : Déjà il y a des personnes dans le camp que je voudrai très loin de moi; c'est pas pour avoir ces saloperies dans le voisinage. Il faudra faire une liste des expériences et théories et prévoir un nombre en conséquence.

    Elle s'arrête un instant, regarde la carte à nouveau, se dit que ces créatures sont bien plus nombreuses qu'eux, et ajoute;

      EIR : Il faudra aussi qu'il y ait un ratio comme cinq personnes par goules si on expérimente à plusieurs endroits ou juste ailleurs pour pas être en sous-effectif et finir en chair à canon.

    Du coup, il est temps de remplir, ou carrément, de recréer un dossier sur les goules. Ils ne savent rien malgré la taille du dossier que Sven lui a tendu tout à l'heure et il faut dire que ça commence à l'ennuyer un peu.

    Même si Eir est patiente, on va dire que cela va avec l'âge et l'expérience, ne rien savoir la frustre. En presque 200 ans, ni elle, ni sven n'ont rien appris sur ces monstres, ni quand, ni où ils sont réellement apparus.

    Et c'est en relisant le grand nombre de sections [information inconnue] du dossier, qu'elle a envie de taper du poing sur la table et de hurler "COMMENT C'EST POSSIBLE". Mais elle ne se lancera surement pas dans de grandes démonstrations d'émotions devant Sven, elle attendra sûrement, si elle le peut, qu'il s'en aille, pour convoquer le premier bleu qui passe devant sa porte et lui faire regretter le jour où il est né pour justifier sa frustration.

    Elle ne peut néanmoins pas s'empêcher de murmurer un, frustré,


      EIR : Comment ça se fait...

    Cependant, elle tenta de justifier cette remarque inutile, en trébuchant sur ses mots et ajoutant,

      EIR : Je veux dire. On est littéralement au milieu du grand nord. Mais on n'a aucun mage spécialisé dans la chaleur ou le feu. Il faudrait en recruter en urgence avant que les gosses ne perdent tous leurs orteils.

    Comme si elle en avait quelque chose à faire.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://redbubble.com/people/cosmicfail
RAKENNUS
avatar

MESSAGES : 143
DATE D'INSCRIPTION : 15/01/2011
GRADE/MÉTIER : Leader Rakennus / mercenaire

MessageSujet: Re: Fearing no manners of ghouls. / Eir   Mer 21 Sep - 11:22




Sven arque vaguement un sourcil et regarde Eir.

« On a Pål. Et je peux t’assurer qu’il est tout à fait capable de se servir du feu. Pour les détails il faudra aller lui demander directement. Et si on lui demande son aide, on va aussi devoir envoyer quelqu’un à Ulfdalar pour demander des vivres en plus. Ca doit être pour ça qu’on a pas autant de personnes capables d’utiliser la magie, dans ce camp. Pas assez de bouffe. Ca décourage. »

Nouveau ricanement, toujours sans joie. C’est vrai que vu comme ça, ils n’ont que Pål pour les aider pour vérifier la théorie selon laquelle les goules ne doivent pas trop mal cramer. Sven reporte son attention sur la carte. Elle l’énerve, cette carte, avec toutes ces petites croix noires un peu partout, qui recouvrent quasiment la totalité de sa surface. Pourquoi ils sont allés s’installer dans le nord, déjà ? Ca remonte à tellement longtemps qu’il n’est même plus sûr des raisons pour lesquelles il a choisi cet endroit quand il a été question de créer un des camps.

« Du coup, tu crois qu’il faut aussi qu’on lance une campagne de recrutement à Huginn pour ramasser quelques magiciens à droite à gauche ? Ou on demande des renforts à ma chère frangine ? »

Quoique, même s’ils se contentent de lancer cette foutue campagne de recrutement, ils peuvent demander de l’aide à Frey. Paraît-il qu’elle a de bons contacts du côté de Huginn, en plus d’avoir possiblement quelques magiciens en plus de son côté.
Ce qui ne résout toujours pas la question des goules et de ce qu’ils veulent éventuellement en faire. S’ils doivent attendre d’avoir ramassé un peu plus de mages avant de faire quoi que ce soit, ils ne sont absolument pas rendus. Ce qui risque de profondément compliquer les choses par la même occasion. Dilemme, dilemme. Ils n’ont clairement pas trente-six mille solutions.
En fait, ils ne doivent même pas en avoir deux.

« Tu as donc dit cinq personnes par goule pour éviter de se retrouver en sous-effectifs avant l’heure. Maintenant, la question c’est : comment on s’y prend ? Elles se déplacent en groupe, ces saloperies, donc cinq personnes par goule, ça va vite se retrouver à faire quelque chose comme un tel bazar qu’on ne va jamais s’en sortir et finir en sous-effectifs. Il faudrait pouvoir en séparer quelques-unes de leur groupe de départ, mais là je t’avoue que je manque d’idées sur comment faire. Avec les gens c’est moins compliqué… »

Les gens sont en général suffisamment cons pour s’éloigner de leurs groupes et mal finir. En tant que mercenaire, il le sait tout particulièrement. Ça permet de ne pas se faire buter quand on est seul face à cinq personnes. Ou plus. Ou moins. Ou on s’en fout, la question des saloperies squelettiques n’est toujours pas réglée.

« Donc… On commence à rassembler les quelques idées qu’on a et on voit ce qu’on peut monter comme théories avant de s’attaquer à la pratique ? On va sans doute pouvoir former quelques soldats juste pour l’occasion. J’en connais qui vont être ravis. »

Sans doute pas lui, ni Eir. En tout cas, pas parmi les premiers.



Vagabonde en #4682b4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fearing no manners of ghouls. / Eir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tokyo Ghoul pour les nuls
» "No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPG - Royaume d'Yggdrasill :: Plateau Nifhlheim :: Falaises Jörmungrandr :: Camp Rakennus-
Sauter vers: