AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lulu la teigne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RAKENNUS
avatar

MESSAGES : 54
DATE D'INSCRIPTION : 07/12/2013
GRADE/MÉTIER : Noble

MessageSujet: Lulu la teigne.   Lun 29 Aoû - 3:21



Ludvig WILHJELM
ft. Howl ☆ Howl's moving castle

___________________________________



AGE — 23 ans
SEXE — masculin
ORIENTATION — Bisexuel refoulé
CLASSE — Elementaliste de feu
METIER — Noble, à l'origine
CAMP — Devient Rakennus
GRADE — /
ARME — Une épée dont il ne se sert que rarement.



physique
quote
___________________________________



Taille : 1m74
Poids : 65kg
Yeux : bleu-vert
Cheveux : Ce sont des cheveux mi-longs, d'un blond étincelant, assez dégradés avec une frange mal entretenue.
Signes distinctifs : Des boucles d'oreille et un collier en forme de goutte d'eau, en émeraude.
L'épée qu'il a toujours ne lui sert jamais. On peut même dire qu'en fait, il préfère ne pas s'en servir au risque de se blesser lui-même. Il se trimbale souvent avec des livres de magie, des tonnes de livres même, sans s'inquiéter de leur poids.

De carrure fine et svelte, il n'a néanmoins jamais eu de chance quant à un développement excessif de muscles ni de force. Son physique ne laisse rien présager de la puissance que devrait avoir un seigneur, il a plutôt l'apparence d'un jeune artiste, voire même d'un troubadour. Pourtant, c'est sa finesse et sa beauté délicates qui peuvent attirer le regard et former une sorte de respect dans les yeux d'autrui, si ce jeune homme n'avait pas été si doué pour s'effacer aux yeux de tous ou n'avait pas été si enclin à éviter le genre humain. C'est qu'il a tout de même des atouts, pour son mètre soixante-quatorze, une taille quelque peu réduite pour son âge, sa chevelure et ses yeux pouvant d'ailleurs en être les principaux. Orné d'iris d'un bleu aussi pur que le ciel, virant parfois sur le vert, donnant à ses pupilles une sensation perçante, il n'a tout de même pas la détermination qui pourrait accompagner ce regard. Ce qui fait qu'au lieu d'exprimer clairement les qualités de son possesseur, ils ne font qu'accentuer sa timidité et le rendent presque fantomatique, voire inexpressif. D'autant plus que celui-ci les dévoile le moins possible, le visage encadré par une chevelure si blonde et si pâle qu'elle paraîtrait parfois blanche – dissimulant ses yeux par une frange à laquelle il ne prend aucunement soin. Dégradée, effilée et tombant tout juste sur les épaules, elle lui sert tout juste à lui conférer ne serait-ce qu'un minimum d'élégance et d'exceptionnel, mais elle reste un petit chapiteau derrière lequel il se cache.
Dans ce qui est de sa démarche et de son accoutrement, c'est quelqu'un qui pourrait avoir la prestance d'un seigneur mais qui ne l'a pas. Ou plutôt, il ne veut pas l'avoir, ce qui fait qu'il peut facilement passer dans la foule sans se faire remarquer, par le simple fait d'avoir le regard au sol.
Il est souvent vêtu à l'ancienne, au vu de son éducation assez moyenâgeuse, se vêtant de chemise boursouflées et de braies moulantes, une veste bien coupée et surtout très colorée sur ses épaules et nouées sur les clavicules par quelques attaches classiques. On ne peut pas dire que ce soit quelqu'un qui ne fasse guère attention à lui-même, mais il n'en prend pas soin plus que cela non plus. Et il préférerait même emmener des sacs emplis de livres plutôt que d'emmener avec lui de quoi se vêtir. C'est une priorité à laquelle nous lui laisserons le choix de prendre.  
Dans tous les cas, c'est un jeune homme qui pourrait paraître comme grand et puissant rien qu'à son apparence, mais qui a fait le choix de rester plus discret encore que le vent, et qui dans son quotidien, ne fait que rôder dans ce monde trop difficile pour lui.




caractère
quote
___________________________________



Introverti, très calme et d'un silencieux à en perturber les plus bruyants, il n'est aucunement le genre à s'afficher et préfère disparaître au regard de tous. De nature indifférente, il a quand même une curiosité pour ce qu'il ne connaît pas et sera enclin à l'abreuver jusqu'à ce qu'il n'en puisse plus. Ludvig est intelligent, trop même pour son statut. Au lieu de préférer les luttes qu'il juge d'inutiles, il préfère les réflexions, seul dans son coin. Il apprécie notamment la compagnie de ses livres et surtout les livres de magie dont il se sert pour ses capacités d'élémentaliste.
Autant dire que Ludvig avec autrui, c'est tout à fait une autre histoire. Ce sera même plus difficile pour lui que pour toute autre personne. La misanthropie qu'il a développé au cours de sa croissance l'a mené à se retrouver totalement seul et à n'apprécier que la compagnie de Van, son faucon. Il n'aime certainement pas l'homme, mais cela peut s'inclure dans un autre défaut : de part son manque de sociabilité et de son impassibilité vis-à-vis des relations avec autrui, l'on peut également déceler un grand manque de confiance en lui et une difficulté à s'apprécier convenablement. Il sait que ses épaules ne sont pas faites pour le rôle de seigneur et donc de succéder à son père, et les nombreuses comparaisons faites avec son grand frère ne l'ont pas aidé à ce sujet. Extrêmement craintif, il peut avoir peur de tout comme de rien, mais soit c'est une peur de l'irrémédiable inconnu, soit il se juge trop inférieur pour affronter ses peurs et les surmonter. C'est un jeune homme qui préfère fuir et éviter les problèmes plutôt que de leur faire face. Cette peur maladive pour presque tout s'en ressent également dans sa misanthropie, comme si le monde entier était contre lui, il le fuit et le dénigre.
Il n'est pas homme à prendre des initiatives, il sera plus enclin à les suivre, et sûrement de manière mollassonne. Il a beau avoir multiples idées en tête, il les gardera pour lui-même toujours en ayant à l'esprit qu'il n'est pas bon pour ce genre de choses. Certes, il suivra des ordres et pourtant il ne les apprécie pas, il s'y contraint en les déviant parfois. Il ne se trouve aucune qualité. Dans le genre manque de confiance en soi, c'est peut-être le pire. Il n'a aucune notion de ce qui peut avoir de la valeur ou non dans ses actes, et même ses multiples connaissances sur le monde et surtout sur celui de la magie ne lui procurent en rien satisfaction. Un éternel insatisfait, comme s'il était enfermé dans un cocon de pensées centrées sur son père et les problèmes qu'il lui a causé. Car si avant tout Ludvig est misanthrope et si difficile à vivre, c'est avant tout dû au fait que son père l'y a mené, pour atteindre son idéal du fils parfait. Malheureusement, cela n'a fait que le contraire et a enfoncé le jeune homme dans une voie contraire à ce qu'il voulait.
Pourtant, Ludvig n'est pas totalement dénué de défauts. Même s'il est plus du genre à se laisser errer tel un fantôme là où ses pas le mènent, c'est un homme très intelligent et curieux, instruit et courtois.... quand il le peut. Malgré sa misanthropie il ne sera pas le premier à insulter, mais restera tout de même tendu et ailleurs, préférant mettre une distance avec ses interlocuteurs lorsque la fuite ne lui est pas permise. Il est intéressé par un rien, et est extrêmement rêveur. Son imagination, s'il la cultive, est prête à surprendre n'importe qui et lui donne même la capacité de créer lui-même ses propres sorts et histoires.
C'est un jeune homme qui apprécie également la musique et qui est d'ailleurs très doué pour cela. Il n'a néanmoins jamais l'occasion de toucher un instrument, alors il se les crée dans sa tête, comme si ces mélodies pouvaient accompagner ses rêves de voyages et d'aventures. Oui, malgré le fait qu'il ait peur de sortir de ce train-train quotidien l'étouffant, il aimerait tout de même voyager dans ce monde qu'il ne connaît qu'à travers les livres et ainsi diriger lui-même son propre destin. Et même s'il n'apprécie que très peu la compagnie de son père et ses idées moyenâgeuses, il a tout de même l'envie de lui montrer à quel point il peut être homme de circonstances, sans pour autant être un homme destiné au trône de la seigneurie. C'est avant tout ce que ressentent les enfants lorsqu'ils souhaitent partir du nid familial...
Peu éloquent et très peu expressif, il ne souhaite pas spécialement changer à proprement dit, mais il espère tout de même réussir un jour à s'accepter tel qu'il est, même s'il ne peut accepter l'état actuel dans lequel est le monde. Et avant tout, l'homme.




histoire
quote
___________________________________





La famille Wilhjelm, seigneurs de leur terre et nobles de cour, avait toujours été une famille assez respectable et aux faits héroïques. Friedriek, chef de famille, n'eut pas eu à attendre longtemps pour voir le visage de son premier enfant et premier fils, qu'il chérit par-dessus tout : Áleifr. Il était rare pour une famille de posséder un fils comme premier enfant, et Áleifr fut rapidement choyé comme l'enfant héritier des Wilhjelm. Plus il grandissait, plus il démontrait des capacités innées pour l'escrime, l'équitation, la rhétorique, et surtout celle de pouvoir diriger. Car même si Friedriek était encore dans ces âges où l'on ne craint que très peu de choses, il avait tout de même cette frayeur qu'un jour quelque chose ne lui survienne, et qu'au cours de cette malheureuse aventure sa famille ne puisse pas se redresser avec un homme fort à sa tête.
Mais il fut rassuré.
Áleifr était grand et fort, il était doux et extrêmement prudent. Il avait ces initiatives que très peu pouvaient prendre et n'avait jamais peur d'affronter le danger. Si bien, que même dans les villages alentours sa présence était requise pour régler le moindre soucis. Friedriek en était extrêmement fier, il l'emmenait même aux grandes réunions qu'organisait parfois le roi, et n'hésitait pas à le faire pavaner devant tout le monde. Son seul et unique fils, héritier de son trône, était le parfait homme de la situation et perpétuerait les valeurs de la famille de génération en génération. La vie ne promettait-elle pas meilleur avenir? Non, évidemment... car il fallait bien une fin à tout.
Áleifr, un beau jour comme un autre, succomba à la maladie incurable à laquelle il avait été sujet et laissa derrière lui des parents effondrés, qui ne savaient que faire de cette tristesse inconsolable. Ils essayaient de se réconforter : après tout, Mme Wilhjelm était enceinte à ce moment-là, peut-être auraient-ils la chance de recevoir un autre don du ciel? Qui sait?
Leurs attentes toujours plus pressantes et pleines d'espoir leur mis un baume au cœur lorsque la jeune femme accoucha d'un enfant, d'un autre fils. Le père fut si heureux qu'il fit fêter cet événement plusieurs jours de suite, comme si jamais ses inquiétudes ne pouvaient le freiner dans son bonheur. Et cette joie se répercuta rapidement sur le devenir du jeune fils, qui n'avait alors rien demandé d'autre que de naître, préparant son éducation comme il l'avait fait avec Áleifr. Áleifr qu'il n'oublierait jamais, qu'il prendrait en modèle à chaque fois que son nouveau fils, Ludvig, en aurait besoin, pour lui transmettre cette même bravoure et cette même dignité, et surtout, pour qu'il puisse hériter correctement de la tête de la famille et des biens.

En vérité Friedriek ne fut désespéré qu'à partir des sept ans de Ludvig, quand celui-ci pouvait correctement s'intéresser à quelque chose sans être déconcentré par les papillons, les chiens, les chats et surtout son estomac. On ne peut juger les jeunes années après tout, les enfants sont forcément attirés par autre chose que l'éducation... mais lorsqu'il comprit qu'en réalité, Ludvig n'aimait pas du tout se battre à l'épée, n'aimait aucunement s'afficher devant tout le monde pour déblatérer des discours sans aucune logique et qu'il n'appréciait de son éducation que l'équitation, une boule au ventre commença à l'atteindre. Et si Ludvig n'était jamais capable d'être un bon seigneur et de diriger correctement ses biens? Comment ferait-il s'il tombait sous la ruine et qu'il ne sache pas se débrouiller seul? Et si quelqu'un venait à l'assassiner pour ses possessions? Tout cela travailla grandement le père qui commença doucement à changer, sans s'en rendre vraiment compte.
Tous ses espoirs se concentraient sur son unique fils, il ne devait pas échouer et ainsi devenir la risée d'une cour plus bavarde que le monde lui-même.
Rapidement, il se fit plus stricte, un peu plus brutal dans ses paroles et n'hésitait pas à critiquer Ludvig quand celui-ci commençait à se plaindre. Espérant qu'il recouvrerait ne serait-ce qu'un peu de bonne volonté au travers de l'image de son frère, Friedriek parlait d'Áleifr sans cesse, cette image fantomatique qui lui revenait souvent et dont il ne pouvait se défaire, emprisonnant peu à peu son second fils dans cette image qu'il devait à tout prix atteindre.
Ludvig ne trouva aucun refuge dans les bras de sa mère qui ne savait que faire pour l'aider, et qui, outre le fait qu'elle soit de nouveau enceinte, préférait accorder plus de privilèges à offrir de nouveaux descendants plus aptes à régner à son mari. Elle ne comprenait certainement pas son ressenti, comme personne ne comprenait. Personne ne pouvait comprendre la situation dans laquelle il se trouvait, parce que l'homme après tout, n'était qu'un animal avide de ses propres principes... voilà comment débuta lentement, mais sûrement, la future misanthropie du jeune enfant.
Ludvig avait beau être jeune, il n'était pas dénué d'intelligence, au contraire. Il préférait gambader, s'amuser et jouer avec ce qu'il trouvait de totalement inutile. Au fur et à mesure qu'il grandissait cependant, il se mit à s'intéresser pour les histoires, les grands écrits et les contrées lointaines dont il entendait les incroyables fables. Plus que les cartes de conquête et de relations commerciales, celles qui lui montraient où vivaient chaque créature lui offrait pleins de rêves en tête, envisageant un jour de toutes les parcourir pour en écrire un livre des plus dignes qu'il soit.
Il ne découvrit ses véritables talents qu'à l'âge de douze ans, lorsqu'il découvrit par la même occasion les pièces cachées du château, dans ces moments où, jeune, il faisait tout pour fuir les cours et se dissimulait dans les pièces inoccupées. La découverte de la bibliothèque de magie fut pour lui un déclenchement total de son asociabilité : il n'en sortit presque jamais. Certes, il fallait bien manger et dormir, mais autant les faire dans la pièce-même, n'est-ce pas? Ainsi, piquant nourriture là où il en trouvait et dormant avec la couverture qu'il avait traîné avec lui, il resta dans cette pièce durant plusieurs semaines, contribuant à la peur effrénée de ses parents, qui crurent revoir une seconde fois le destin abattre ses ailes noires sur leur descendance. Car après tout, même si Ludvig avait eu une sœur durant cette croissance si difficile, il était leur espoir, leur seule vision d'avenir, car cette petite fille ne pouvait hériter de leurs biens.
Ils parcoururent le château toute une journée sans jamais le trouver. Lorsqu'ils se tentèrent à chercher le lendemain dans les zones interdites et qu'ils y découvrirent un Ludvig à la chair sur les os et étudiant scrupuleusement les livres de magie, ils ne purent que d'une part être rassuré de sa présence, mais d'autre part être effrayés par l'allure de leur enfant. Sans même son accord, et surtout comme il était assez faible, Friedriek lui interdit l'accès à la pièce tant qu'il ne serait pas présentable et un minimum costaud sur ses pieds. Il l'obligea doublement à assister à toutes ses leçons, à toutes les réunions inimaginables, à devoir se présenter là où son père le lui demandait, et ce, sans jamais avoir le droit de sortir de son champs de vision.
Ainsi débutèrent au travers de cela, une vision très restreinte des hommes de la part du garçon qui grandissait d'années en années, sans jamais tomber dans l'envie de succéder aux choix de son père. C'est aussi au fur et à mesure qu'il grandissait que son mutisme s'accentua pour finalement atteindre son paroxysme. Ce ne fut ni l'arrivée de Van dans sa vie, ni même les quelques présents rares de son père qui y changèrent quelque chose, au contraire. Mais au moins, à présent il avait de la compagnie, un faucon pèlerin avec qui il discutait, sans se soucier de savoir s'il était un animal ou non. Après tout, l'homme n'était-il pas pire?
Et plus les années passaient, les années d'insouciance succédées par celles de réflexion où sa solitude lui apprit à devenir plus âpre envers la société et envers les hommes, calquant leur image à celle de son père autant qu'à celle de sa mère. Cela ne lui empêcha tout de même pas d'apprécier la présence de ses sœurs, d'un calme absolument impressionnant, et qui lui inspiraient plus la tranquillité que l'agression, mais cela ne l'incita pas non plus à découvrir ce qui se cachait derrière l'espèce humaine en général, avec leurs défauts autant que leurs qualités.
À présent il ne vit encore que du fantôme de son frère, lequel il n'a jamais connu, comme si au travers des paroles cassantes de son père il y voyait son visage et son allure. En même temps que l'admirer, il le déteste pour ce qu'il lui a causé, pour cet avenir qu'il n'aurait jamais souhaité, et essaie avant tout de s'en émanciper tout en continuant son propre chemin, sans jamais tenter d'enfreindre les ordres plus qu'il ne le fait. Car fuir son père, ça c'est encore dans ses cordes... mais fuir le château et le domaine, partir avec un sac sur l'épaule.... c'est tout autre chose. Dehors, il y a ce qu'il n'a jamais vu, il y a cet impérissable inconnu qui lui torture les entrailles. Et même si au fond il est perçu comme la honte du famille prestigieuse et la fait sombrer dans les pires méandres, il n'espère jamais pouvoir hériter de ses biens autant que de ses problèmes.
Aujourd'hui, à vingt-trois ans, ses réflexions l'ont mené à se poser différentes questions et à prendre des décisions. L'aventure, c'est un grand mot. Mais s'il ne fait jamais ce pas, plus jamais il ne pourra le faire, et son avenir à lui sera enchaîné à cette fatalité qu'il maudira pour le reste de son existence. Alors, regretter de ne pas partir, ou regretter de mourir en chemin? Voilà la torture de son esprit, à l'heure actuelle.

À suivre.



relations
quote
___________________________________





raiksos

Littéralement, il en a rien à carrer.




rakennus

Eux non plus.



frilägen

Eux non plus.



civils

Encore moins, bizarrement.




nomades

Alors là, n'en parlons pas.





Lulu
quote

___________________________________



AGE — 26 ans
GENRE — HAHAHAHA.
UNE QUESTION ? — Pourquoi pourquoi?
D’OÙ NOUS CONNAIS-TU ? — Je deviens un ancien, je crois.
LE MOT DE LA FIN — Pouet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CIVIL
avatar

MESSAGES : 529
DATE D'INSCRIPTION : 11/07/2013
GRADE/MÉTIER : Paperasseur en chef

MessageSujet: Re: Lulu la teigne.   Lun 29 Aoû - 4:08

Re-bienvenue ma future petite teigne bleue !

Tout est nickel de partout, tu es donc re-validé ~ Je te mets chez les Civils le temps de faire ton voyage jusque chez les bleus, n'hésite pas à me faire signe le jour où tu voudras éditer ta fiche pour actualiser son point de vue sur les camps. Lokiche


Paperasse en #dd2929


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Lulu la teigne.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LULU WEASLEY ♀ elle castagne les castagnettes :D
» Pardon Miss Teigne ? [Pv]
» Miss Teigne [Validée]
» Rusard a perdu son chat [LIBRE]
» Comment j'ai pu oublier Miss Teigne ? ~ Luna

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Personnages & gestion :: Présentations :: Fiches terminées :: Rakennus-
Sauter vers: