AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 #Lord of Ulfdalar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CIVIL
avatar

MESSAGES : 11
DATE D'INSCRIPTION : 23/08/2014
GRADE/MÉTIER : Seigneur d'Ulfdalar

MessageSujet: #Lord of Ulfdalar   Mar 4 Oct - 14:38



Eärior Von Graentlauf
ft. Thranduil - The Hobbit

___________________________________



AGE — 35 ans.
SEXE — Masculin.
ORIENTATION — Too beautiful for mere humans.
CLASSE — Psychomancien.
METIER — Seigneur des terres d'Ulfdalar.
CAMP — Aucun. Ou presque.
GRADE — /
ARME — Une épée ancestrale en argent où sont gravées des runes.



physique
quote
___________________________________



Taille : 1m85
Poids : 77kg
Yeux : Bleus
Cheveux : Blond platine
Signes distinctifs :
Il a les sourcils noirs et un air hautain. Son meilleur compagnon est un cerf du nom d'Athion.





caractère
quote
___________________________________



Eärior, si jamais il pouvait être décrit sans fioritures, n'est pas un homme du commun comme on les appelle si bien. Quoiqu'il fusse difficile de lui accorder une description nette et complète, nous nous attarderons à dire en tout premier ordre que cet homme n'a jamais été fait pour vivre dans la misère, et que si sa prestance innée déconcerte bon nombre de nobles autant que la famille royale, son peuple n'en oublie pas moins de le vénérer pour son intelligence et sa beauté.
Car oui, l'une des nombreuses qualités de ce seigneur des plaines enneigées repose naturellement sur sa beauté physique. Cependant, attention à ne pas baisser sa garde, les plus belles fleurs sont toujours les plus dangereuses.
D'un calme à en faire pâlir le silence lui-même, il ne faut pas pour autant croire qu'il est totalement silencieux même si son attention est toute particulière. Parler pour ne rien dire, à ça non. Mais parler pour être aussi cassant que du verre et aussi sournois qu'un serpent, il n'y a pas mieux. Il aime particulièrement dire ce qu'il pense, que cela soit bon ou mauvais. Plutôt du mauvais que du bon dirons-nous. Et ce n'est pas son pouvoir qui l'arrêtera dans ce sens, puisque se plaisant à connaître les secrets de tout un chacun, il s'amusera également à les dévoiler de manière embarrassante. Attention à tous vos petits secrets.
Le seigneur d'Ulfdalar est bien connu pour être le pire invité. Il n'aime que le vin de haute qualité – un connaisseur qui plus est – et ne mange que si les produits sont frais. M'enfin, il vaut mieux cela pour gagner de la popularité. Car si quelque chose est bien collé à sa peau, c'est bien l'image du dernier noble à la mode et l'homme qui lance toutes les tendances. Avoir Eärior chez soi, c'est ramener toute la crème de la noblesse... d'une pierre deux coups?
Malheureusement, les personnes de son entourage et qui ont de ce fait le privilège de le côtoyer sont extrêmement rares. Voire inexistantes. Exigeant envers lui-même comme envers les autres, il ne porte aucune attention à ceux qui ne se démarquent pas de la plèbe, chose qui est bien entendu gravement critiquée de beaucoup. Pour autant, son peuple ne lui en veut pas au contraire, car même s'il a un caractère de cochon, voire de plante carnivore, il est l'un des rares seigneurs à se préoccuper de son peuple et à le préserver du froid, des maladies et du manque de nécessités. Aussi attentionné envers ses soldats qu'envers ses paysans, le maître d'Ulfdalar ne consacrera ses biens et ses moyens qu'à eux, les jugeant nécessaires et utiles au développement de ses terres. Bien entendu, il ne dévoilera jamais une quelconque attache.
Car même si l'homme décrit semble plutôt ressembler à une statue de pierre avec un cœur de diamant, il n'est pas moins un homme touché par les événements et le temps. Ayant consacré tout son amour à la seule femme de son existence, celui-ci s'est transformé et figé lorsque la jeune demoiselle fut tuée un beau jour par x ou y – cette histoire n'est jamais racontée, ni même jamais sue en détails. Bien sûr, l'image n'en est que modifiée ou plutôt compréhensible, mais ce n'est pas en connaissant cela que vous réussirez à l'amadouer. Eärior désapprouve même l'existence de ceux qui ne servent à rien, et s'amusera à jouer avec vos pensées seulement pour vous décourager de vous approcher de lui.
Oui, je sais. Et encore, ce n'est qu'une facette de sa personnalité.
À vos mouchoirs.




histoire
quote
___________________________________



Dans une des pièces principales du palais, illuminée par la lueur de la fenêtre aux vitraux revêtus de vert et de doré, il y avait cette coupe d'argent façonnée par les meilleurs forgerons, qui trônait sur une petite colonne enlisée dans le lierre. Quoique cette coupe n'inspirait au monde que son appartenance à son père, Seigneur du Nord il y a bien longtemps, pour lui elle est un passage vital chaque aube et chaque crépuscule. Elle lui remémore toutes les phases importantes de son existence, à chaque fois que qu'il passe ses doigts sur sa jambe et sa paraison, comme s'il avait été maudit par ses propres songes.
Seulement, cela fait depuis bien des années que seuls quelques souvenirs viennent s'abreuver de sa tristesse, à chaque fois que son regard se pose sur les courbes détaillées de cette coupe.
Elle lui fut donnée par son père comme image de l'héritage de la famille des Von Græntlauf.

Toujours est-il que comme tous les matins, le Seigneur d'Ulfdalar passa ses doigts dessus. Et il se souvint. Il se souvint des cors faisant retentir leur chant d'alerte au-dessus des toits, résonnant jusqu'aux montagnes, les tambours de guerre frappant à l'unissons les cris du danger. Ce jour-là fut nommé dans le nord la Guerre des Trolls.
Au matin de la douzième lune d'hiver, les murs d'Ulfdalar et du palais avaient retenti dans un bruit assourdissant. Cela faisait bien des siècles que les terres n'avaient pas été alertées de la sorte. Il était en pleine affaire importante lorsqu'un messager fit irruption au milieu de la pièce:
-Seigneur, c'est une urgence!
-Que se passe-t-il? s'était-il empressé, irrité.
-Des trolls! Par vingtaines! Ils nous assaillent!
Et ce fut malheureusement la réalité. Un beau matin d'hiver, lorsque les tempêtes s'annonçaient en prévision pour les semaines suivantes, des hordes de trolls se mirent à envahir les terres du nord. Personne ne sut jamais leurs intentions, et la guerre fut assez virulente pour décimer ses troupes, les troupes du nord craintes par tout le pays. La seule idée que vint à l'esprit de son épouse fut de demander de l'aide aux seigneurs du royaume. Réticent, il lui céda au moins l'appel du Roi.
Ce ne fut pourtant pas le Roi qui leur vint en aide. Mais le camp des Rakennus, qui, ayant ouï de l'invasion des trolls, avaient déployé leurs soldats jusqu'à eux en espérant arriver à temps. Ils durent se battre plusieurs jours, avant que la plupart de ces créatures ne soient totalement détruites et que les goules qui les accompagnaient ne soit entièrement décimées. Ce ne fut pourtant pas une liesse de joie qui envahit la ville et le palais lors de leur victoire. Plutôt des pleurs et du chagrin, un silence qui demeura longtemps dans le cœur de ceux qui avaient réussi à survivre.
Et il était l'un de ceux-là.
Si ses gardes, ses soldats avaient tous donné leur vie pour protéger les citoyens, son épouse aussi mourut avec eux, et il dut noyer son désespoir dans les affaires politiques. Ce jour-là, le cœur du Seigneur d'Ulfdalar se noya dans la neige et la glace, fut envahi par un froid plus mordant encore que l'hiver. Plus jamais un sourire ne s'afficha sur son visage pâle, ses yeux souffrirent d'une constante colère et solitude.
Ce n'était pas seulement la tristesse qui l'emprisonna à jamais dans son monde, non. Ce fut également les silences de la cour à son appel à l'aide qui le refroidit. Il finit par haïr en lui cette cour qui ne faisait que visualiser de loin la déchéance des autres.

Tout en caressant cette coupe d'argent, ses yeux bleus s'illuminèrent de ce même froid qui l'avait envahi voilà bien des années. Il réussirait – d'une façon ou d'une autre, à mettre quelque bâtons dans les roues de cette monarchie désuète. Il attendrait son moment. Et un sourire fin dessina ses lèvres, un sourire qui se voulait pernicieux. Il était un roi respecté depuis. On l'aimait pour sa sévérité et son empathie pour ses sujets. Mais seuls ses sujets subissaient un tel privilège.
-Père!
Des pas trottinèrent jusqu'à lui, deux petites mains agrippèrent à sa longue tunique. Tournant le visage sur le côté et délaissant la coupe, l'expression du Seigneur du Nord s'adoucit de façon inattendue, se baissant même pour récupérer la petite créature blonde qui avait fui sa nourrice et ses gardes.
-Que fais-tu là, Hiraën? Ne t'avais-je pas dit de rester dans ta chambre?
-Pardonnez-nous Seigneur, s'avança un garde qui rougissait de n'avoir été à la hauteur, s'inclinant très bas, j'ai été négligent.
La main du Seigneur se leva à plat, un simple mouvement de tête confirmant qu'il laisserait passer. Son seul et unique fils était une créature en constant mouvement, qui préférait faire des tours plutôt que de rester dans une pièce. Le soulevant dans ses bras, il l'emmena vers la pièce principale du palais, une salle à l'image de celle du trône dont disposait le Roi. Après tout, il pouvait bien être considéré comme le roi de ces régions, là où personne ne venait l'y déranger.
-On m'a dit que vous partiez? Lança Hiraën en penchant la tête, triturant les longues mèches blondes de son père.
-Oui, la capitale m'attend pour une réunion annuelle. J'espère que tu garderas bien le palais, mon fils. Et je ne veux point de pleurnicheries.
Hiraën n'aimait pas cette idée, mais il savait que son père était un homme ferme à qui il ne fallait désobéir, fils ou pas. Il lui adressa un baiser sur la joue comme le font si bien les petits de cet âge-là, avant d'enlacer son cou de ses deux petits bras. Puis, hardi, il attrapa la belle couronne de son père et la plaça sur sa tête, laquelle ne tenait bien évidemment pas pour lui donner plutôt un air de roitelet insouciant.
-Je serai un bon seigneur!
Un rire bref s'échappa des lèvres du Seigneur, qui passa ses doigts sur la joue de son fils.
-Cela, je n'en doute point.





relations
quote
___________________________________





raiksos

Un groupe pour l'instant externe à ses affaires.




rakennus

Celui avec lequel il travaille pour une meilleure approche du gouvernement * tousse *.



frilägen

Un groupe trop obscur et lointain. Peut-être qu'il devrait les utiliser?



civils

Des gens. À part les siens, osef.




nomades

Ceux qui permettent de diffuser de bonnes rumeurs comme il faut.





Vertefeuille
quote

___________________________________



AGE — 26 ans.
GENRE — The world is mine.
UNE QUESTION ? — Hinhin.
D’OÙ NOUS CONNAIS-TU ? — D'un trouble de la personnalité directe.
LE MOT DE LA FIN — Pwet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CIVIL
avatar

MESSAGES : 529
DATE D'INSCRIPTION : 11/07/2013
GRADE/MÉTIER : Paperasseur en chef

MessageSujet: Re: #Lord of Ulfdalar   Mar 4 Oct - 14:51

Bla bla bla.
Bla.
Bla bla bla. Bla.
Bla bla. /vlan/

BREF. Tu connais déjà la chanson (un peu trop bien je trouve, même /vlan/), tu rejoins donc le peuple, félicitations, maintenant tu peux aller faire tout le reste, monter tes complots, etc, etc.

PAS BIENVENUE. /out


Paperasse en #dd2929


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
#Lord of Ulfdalar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The lord of the ringard
» Lord Voldemort [Une vraie présentation en cours]
» Lord Voldemort
» Figurines Lord of the Ring
» Lord of Ultima

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Personnages & gestion :: Présentations :: Fiches terminées :: Civils-
Sauter vers: