AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Njall Ásmundr ❧ « Est-ce que je t'ai raconté la vérité ? Pas sûr. » [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité


MessageSujet: Njall Ásmundr ❧ « Est-ce que je t'ai raconté la vérité ? Pas sûr. » [Terminé]   Sam 21 Jan - 23:23



Njall ÁSMUNDR
ft. Jade Curtiss – Tales of the Abyss





AGE — 33 ans
SEXE — Masculin
ORIENTATION — Pansexuelle. Parce qu’à quoi bon se refuser bêtement quelque chose ? Njall est une personne qui aime la vie, et qui par-dessus tout aime en savourer tous les aspects.
CLASSE — Négociateur
METIER — Cuisinier
CAMP — Raiksos
GRADE — Aucun
ARME — Ses couteaux de cuisine, ses casseroles et ses poêles. Un conseil, ne l’énervez pas, ça peut vraiment être douloureux. Ah, et aussi Farulf, son loup apprivoisé, qui le colle comme la puanteur au train d’une goule dégarnie du mois dernier.  



physique
Pas touche à mes cheveux, crétins !





Taille : 1m92
Poids : 81kg
Yeux : Rouge foncé
Cheveux : Châtains clairs, ils deviennent parfois presque blond foncé quand le soleil tape fort, en été. Njall les porte longs, et tant pis si ça tient chaud.
Signes distinctifs : Les bras de Njall sont couverts de cicatrices de vieilles entailles sur toute leur longueur, mains incluses. C’est pourquoi il les cache sous de longs gants, qu’il ne retire même pas sous la canicule estivale du sud du continent. Seules les personnes se trouvant avec lui dans les cuisines savent ce qui se cache sous les gants.




caractère
quote





Bavard sauf quand ça le concerne - Invente un nouveau mensonge à chaque fois qu'on lui pose une question trop personnelle (un jour il vous dira qu'il est né à Njörd, le suivant il vous affirmera que c'était Midgard) - Espiègle - Joueur - Prompt à pardonner - Protecteur - Assez peureux - Despotique en matière de cuisine, il devient maniaque et aime que chaque chose soit à sa place - Adore flirter avec toute personne se montrant réceptive - Se lasse rapidement des choses qu'il juge trop banales - Déteste la nuit et le froid, a une sorte d'attirance voire fascination pour le feu - Bizutera immanquablement toute nouvelle recrue - Pessimiste - Honnête pour tout ce qui ne le concerne pas de trop près - Assez peu digne de confiance (ne lui confiez aucun secret, il finira par tout raconter, volontairement ou non) - Peut se montrer traître et opportuniste - Aime expérimenter aux fourneaux - A un sentiment de vide permanent au creux de la poitrine - A l'habitude de chanter pour meubler le silence, qu'il a en horreur - Sérieusement lunatique




histoire
quote





Bon... Je suppose qu'à toi, je peux bien raconter la vérité. Après tout, pour ce que je risque ! Voyons, par où commencer... ? Ah oui, l'évidence. Je ne suis pas né à Midgard, ni à Fjallar, pas plus qu'à Vana et encore moins à Huginn. En fait, j'ai vu le jour au sein même du campement Rakennus. Oui, tu as bien entendu. Et non, je ne me suis pas trompé. Mon très cher père était un ancien noble d'Ulfdalar, qui a tout perdu du jour au lendemain. Pourquoi ? Je n'en sais fichtre rien, et pour être honnête, je m'en fous. Toujours est-il que, histoire d'éviter de mourir comme un va-nu-pieds dans la neige, il a décidé de s'enrôler chez les Rakennus. Une chance pour lui, car il a fini par être l'un des secrétaires du camp, rien de trop dangereux comme poste, en somme. Ce n'est pas qu'il ne savait pas se battre, c'était un magicien plutôt doué, mais... Se retrouver un milieu d'un affrontement, ce n'était définitivement pas son genre. C'est là qu'il a rencontré ma mère. Elle ne se planquait pas derrière des piles de paperasse, elle, non non. Elle faisait partie des troupes Rakennus, une bretteuse qui compensait son manque de puissance par la vivacité, il paraît. Je dis il paraît parce que je ne l'ai jamais vu faire, au cas où tu ne comprendrais pas.

Bien sûr, ma mère a dû lever le pied pendant sa grossesse et même après ma naissance. C'est pourquoi elle est revenue à ses premières amours : la cuisine. Être commis, c'est bien moins exigeant physiquement, et surtout beaucoup moins dangereux.
Franchement, les seuls bons souvenirs que je garde du nord, ce sont les moments passés auprès de ma mère. Quand elle m'apprenait à couper correctement les légumes, à vider un poisson, ou à faire une belle pâte à pain. Et peut-être ceux où je me faufilais pour aller voir les loups, aussi. Le reste du temps, j'essayais juste d'éviter mon père. Parce que monsieur avait décrété que je devrais suivre son exemple, et pratiquer le même genre de magie que lui. Et tu sais quoi ? Je n'en avais pas la moindre envie. Il faut dire qu'on a vu plus attrayant que la nécromancie, comme art mystique... Enfin bref.
Quand mon attentionné paternel parvenait à me mettre la main dessus, il ne me lâchait plus. Têtu comme une mule, qu'il était. Il voyait bien que je n'avais aucune motivation, mais ça, il s'en fichait. Et un jour, fatalement, les choses tournèrent au vinaigre...

Si je me souviens bien, je n'avais pas plus de quinze ans. Ce soir-là, mon père était venu m'arracher aux cuisines dans lesquelles je m'étais une fois de plus réfugié, pour m'emmener à l'écart du camp. Il était fébrile, perturbé, je ne comprenais pas vraiment ce qui se passait, mais je le sentais plus étrange encore que d'habitude. Essaie de deviner un peu la suite, tiens... Deux cadavres à moitié congelés gisaient dans la neige, sur le dos. Pas décomposés pour un sous, merci le climat glacial du nord, mais aussi blancs que les flocons dans lesquels leur silhouette s'imprimait. Inutile de préciser que j'étais tétanisé par la peur. Mais je n'avais rien vu, encore !
Dis-moi, est-ce que tu as une idée de ce qu'on peut ressentir quand on voit deux macchabées marcher vers soi, leurs yeux vitreux fichés dans les siens ? Avec ces affreux râles rauques... Brrr, rien que d'y repenser, j'en ai des frissons. J'étais terrifié, mais aucun son ne parvenait à sortir de ma bouche. Un peu comme si tout était bloqué. Et l'autre qui me hurlait de prendre le contrôle... Je n'avais que quinze ans, bon sang ! Quinze ans ! Qu'est-ce qu'il espérait que je fasse ? Je n'étais pas un petit génie de la nécromancie, et même pas de la magie en général, en fait. Je suis bien négociateur, ça oui, mais honnêtement... Pas si doué que ça, malgré ma trentaine passée. Bref...

Un hurlement m'a enfin échappé quand le premier mort s'est jeté sur moi. J'ai eu une chance insolente. Tout ce qu'ils ont eu le temps de faire avant que quelqu'un ne vole enfin à ma secours, c'est de me déchiqueter les avant-bras. Parce que oui, j'avais eu le réflexe de me protéger le visage et la gorge. Une chance qu'ils n'aient pas cherché à m'éventrer, maintenant que j'y pense... D'où les gants, exactement ! Eh, t'es plutôt futé, en fait. Ca ressemble plus à grand chose, là dessous...
Mes cris de terreur avaient rameuté quelques soldats qui traînaient dans le coin, mais la plus rapide à la réaction, ce fut ma mère. Sortie pour ramasser des racines du coin, qu'elle aimait bien en tisanes. Son sang n'a sûrement fait qu'un tour, à voir la façon dont elle s'est précipitée pour écarter les monstres de moi. Malheureusement, elle a eu bien moins de chance que moi... La nuit même, on dressait son bûcher funéraire.

Oh non, fais pas cette tête-là ! Y a du bon, dans tout ça. Je n'ai plus eu à supporter mon père, après cet incident. Tout simplement parce qu'il a fini décapité. Et je n'en ai pas perdu une miette, au risque de passer pour un psychopathe en puissance. Mais bon, l'exécution de l'homme que je ne voyais que comme un tortionnaire, pour moi et ma hargne d'adolescent, ça avait quelque chose de presque jouissif.
Par la suite, on m'a plus ou moins mis sous la tutelle de l'un des cuisiniers, avec lequel j'avais réussi à nouer quelque chose qu'on pourrait qualifier de relation amicale. J'ai enfin pu étudier la magie qui me plaisait. En amateur plus qu'en réel expert, cependant. A mon avis, je me défends pas trop mal, mais il ne faut pas trop m'en demander non plus.

Après... Bah, ce n'est pas très intéressant. Rien de notable, ou qui vaille la peine d'être raconté. A mes dix-sept ou dix-huit ans, je suis officiellement devenu une recrue Rakennus. Et je peux te dire que j'en ai bavé ! La neige, les goules, les corvées, etc. Crois-moi, dit comme ça on dirait que ce n'est pas si difficile... Mais bon sang, c'est un véritable enfer. Enfin, pour moi, tout du moins. Il y en a qui ont l'air d'apprécier, ce n'est pas mon cas.
Quand mes années d'apprentissage prirent fin, je me retrouvai soldat. J'aurais préféré atterrir dans les cuisines, mais... Plus de poste libre, la faute à pas de chance. Alors je suis resté là où j'étais, me persuadant que je n'avais pas le choix.

Comment j'ai fini chez les Raiksos ? Un peu de patience, j'y arrivais ! J'ai totalement changé d'avis il y a environ quatre ans de ça, quand j'ai reçu Farulf. Il n'avait qu'un an, et il avait tout d'une peluche plus que d'une bête de combat, comme tu as pu le constater. Je le regardais dormir, la tête sur mes genoux, et je ne pouvais pas m'empêcher de l'imaginer finir empalé au bout d'une lance ou la gorge tranchée parce qu'il aura eu le réflexe de me défendre, ou parce qu'il aura voulu faire plaisir et attaquer. Je n'aurais pas supporté de perdre une vie qu'on m'avait confiée, d'autant plus que je m'y étais déjà beaucoup attaché. Ma mère s'était battue comme une lionne pour me sauver la vie, au nom de quoi j'en aurais fait moins qu'elle ? Il ne s'agissait que d'un loup ? Bah pas pour moi.
Alors une nuit, j'ai rassemblé le strict nécessaire parmi le peu d'affaires que je possédais, et j'ai pris la poudre d'escampette avec Farulf, direction plein sud. J'ai bien cru mourir une bonne vingtaine de fois sur le trajet, mais au final nous sommes parvenus jusqu'au camp Raiksos.

Honnêtement... Je ne sais plus trop comment tout ça s'est goupillé, mais je me suis retrouvé commis, puis rapidement après cuisinier. Non, Frey ne m'a pas à la bonne. Elle aurait même plutôt envie de me coller Mjöllnir dans la tronche, vu ce que je fais parfois subir aux recrues. Ce qui me fait penser que je ne sais pas vraiment ce qui la retient, d'ailleurs... Va savoir.

Bon, ce n'est pas le tout de discuter, mais l'heure passe. Je vais devoir aller me remettre aux fourneaux, si on veut manger ce soir. Quant à toi, gardes ta langue sinon je viendrais t'achever moi-même. De toute façon, vu ta blessure, tu n'en as plus pour longtemps.



relations
quote







raiksos

Une bande tarés qui vit sous les ordres d'une grande psychopathe qui aime se travestir pour se payer la tête des gens. Et c'est son camp. Et qu'est-ce qu'il peut l'aimer ! Certes, il risque un coup de marteau en pleine poire quand il fait des conneries aux cuisines, mais ça ne pourra jamais être pire que ses années en tant que recrue dans les rangs Rakennus. Njall ne quitterait les Raiksos pour rien au monde.




rakennus

Des givrés. Il ne voit que ça, il faut être givré pour vivre sous des latitudes pareilles et décréter que c'est très bien comme ça. Alors certes, le temps passé parmi les Rakennus ne fut pas le pire de son existence, mais il n'en conserve pas de réel bon souvenir. Ou bien très peu. Au fond, il n'a pourtant rien contre eux. Hormis qu'ils sont au nord. Et que Sven est flippant.



frilägen

Njall n'en a entendu que des rumeurs, et comme il n'est pas du genre à se fier aux rumeurs... Il n'ira pas vérifier par lui-même, et se contentera de s'imaginer comment ça se passe, là-bas. Son avis est par conséquent assez neutre.



civils

Il s'en fiche un peu. Comme il se fiche de tout, en fait. Il n'aime pas étiqueter les choses ni les gens.




nomades

Idem qu'en ce qui concerne les civils. A part peut-être qu'il les respecte d'avoir pris la décision de vivre sur les routes, par les temps qui courent.





Grimmy
Graouh fait l'ours





AGE — 25 ans
GENRE — Féminin, wesh Please
UNE QUESTION ? — Nope
D’OÙ NOUS CONNAIS-TU ? — Une goule postale m'a apporté un dépliant promotionnel  Rorik
LE MOT DE LA FIN —  Lokiche


Dernière édition par Njall Ásmundr le Ven 3 Fév - 0:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
RAKENNUS
avatar

MESSAGES : 56
DATE D'INSCRIPTION : 07/12/2013
GRADE/MÉTIER : Noble

MessageSujet: Re: Njall Ásmundr ❧ « Est-ce que je t'ai raconté la vérité ? Pas sûr. » [Terminé]   Dim 22 Jan - 17:46



Un autre cuisinieeeer \-w-/
Welcome, friend! Et bon courage pour la suite de la fiche ~

signé, le canari.
Lulu


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CIVIL
avatar

MESSAGES : 20
DATE D'INSCRIPTION : 02/04/2014

MessageSujet: Re: Njall Ásmundr ❧ « Est-ce que je t'ai raconté la vérité ? Pas sûr. » [Terminé]   Dim 22 Jan - 20:33

En voyant la fiche :
Première réaction : Jaaade !
Deuxième réaction : Raiksoooos !

Tu as tout pour plaire ! ♥
Bienvenue par ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CIVIL
avatar

MESSAGES : 564
DATE D'INSCRIPTION : 11/07/2013
GRADE/MÉTIER : Paperasseur en chef

MessageSujet: Re: Njall Ásmundr ❧ « Est-ce que je t'ai raconté la vérité ? Pas sûr. » [Terminé]   Sam 28 Jan - 22:09

Hej !

Comme ça fait une semaine, je viens prendre des nouvelles. Est-ce que tout avance comme tu veux ? N'hésite pas si tu as des questions ou besoin d'aide.

Bon courage pour la suite ~


Paperasse en #dd2929

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CIVIL
avatar

MESSAGES : 564
DATE D'INSCRIPTION : 11/07/2013
GRADE/MÉTIER : Paperasseur en chef

MessageSujet: Re: Njall Ásmundr ❧ « Est-ce que je t'ai raconté la vérité ? Pas sûr. » [Terminé]   Ven 3 Fév - 0:34

BONSOIR.
Tu connais déjà le discours ? /pan/

Re-bienvenue parmi nous, tout est bon, tu es validé ! NOTRE TOUT PREMIER RAIKSOS, félicitations. Tu es de ce fait invité à te rendre dans l'intrigue des Rakennus en tant que "clampin envoyé avec les renforts", bonne découverte et passe dire bonjour à ton ancien chef. Rorik

Ton avatar est également recensé dans le bottin, tu peux aller faire ta fiche de liens et ta chronologie, et surtout, coloniser le forum. Amuse-toi bien. ~


Paperasse en #dd2929

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Njall Ásmundr ❧ « Est-ce que je t'ai raconté la vérité ? Pas sûr. » [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Njall, le Marcheur du Nord [Terminé]
» NJALL. J HAARDE ► Oscar Spendrup
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» [SORTIE] L'Abîme invitation chez Kanaxai [Terminé]
» Luis Mariano - Mexico

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Personnages & gestion :: Présentations :: Fiches terminées :: Raiksos-
Sauter vers: