AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 #The Lords

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CIVIL
avatar

MESSAGES : 16
DATE D'INSCRIPTION : 23/08/2014
GRADE/MÉTIER : Seigneur d'Ulfdalar

MessageSujet: #The Lords   Jeu 26 Oct - 17:23



# The Lords
-Nous ne pensions pas nous abreuver quelques temps de votre bon vin, mais je dois avouer que cela a manqué à mon palais. Seigneur d'Ulfdalar.

Les doigts du seigneur caressèrent le rebord du verre avec lenteur, ses pupilles sombres scrutaient la liqueur avec un intérêt sincère.

-Je ne suis on ne peut plus ravi que ce breuvage vous siée à la perfection.

-J'ai toujours été surpris par la dextérité de vos hommes à produire ce trésor au vu de ces terres; Je ne peux que complimenter la choses. Néanmoins, et permettez-moi d'être direct, vous ne m'avez certainement pas fait venir pour que l'on puisse uniquement profiter de votre récolte annuelle ?

Un sourire fin étendit les lèvres du Seigneur d'Ulfdalar, ses yeux croisèrent ceux, dorés, de son interlocuteur, à mesure que sa question ne se posât. Il n'y avait rien de désobligeant dans leur conversation. Cela faisait bien plus que quelques années qu'ils se connaissaient et se côtoyaient, même si les mœurs et les rumeurs voulaient le contraire.

Alban de la famille Löfgren, Seigneur de Jötunheim, était l'invité qu'il avait convié en ces quelques jours pour discuter de choses et d'autres. Son propre entretien avec le conseiller du roi, voilà quelques semaines, avait accéléré quelques idées qu'il fomentait depuis déjà bien longtemps, mais les affaires ne pouvaient que bien se porter si tous les acteurs se mettaient en marche.

Aussi, il lui convia la chose comme présentée lors de son propre voyage, et la couleur des iris du seigneur de Jötunheim prirent une autre teinte, plus intéressée, plus curieux. Plus inquiète également. Il avait écouté le seigneur des lieux avec une attention plus que palpable; il avait reposé son verre sur la table toute de soie décorée, il s'était redressé. Les coudes sur les accoudoirs, les doigts de chaque main croisés entre eux, il avait plissé les yeux, alerte.

Ce n'était pas la première fois qu'ils discutaient de ces choses-là. Ils avaient longtemps été ensemble et avaient souvent conspiré nombre d'entre elles pour pouvoir améliorer leurs terres et sortir du joug hurlant du roi, qui, loin de les aider, ne faisait que pomper leur énergie et leurs bénéfices. C'était peut-être également pour cela qu'ils s'entendaient si bien, dans ce désaccord flagrant et pourtant discret.

Mais là, tout changeait.
La planification de tout cela semblait beaucoup trop parfaite. La tentation était alléchante. Il s'était lui-même complu dans l'idée, et à la fois effrayé de tant de machiavélisme. Il avisa, posa le pour et le contre. Il ne pouvait définitivement pas faire comme s'il n'avait rien entendu. Trop de suites s'enchaînaient dans sa tête, son cerveau s'était beaucoup trop emballé. Le silence que le seigneur d'Ulfdalar fit planer, après son explication, fut lourd de sens.
Et pourtant, l'invité sourit en coin.

-Admettons que cela se fasse... intima-t-il, baissant l'un de ses bras. Que voulez-vous exactement en faire ?

-À ce sujet, vous serez libre.

Eärior plissa à son tour les yeux. Il avait toujours son sourire sur les lèvres.

-En serez-vous ?

Alban ne put s'empêcher de sourire et de reprendre son verre.

-Plus que jamais.

Dans un commun accord, les verres tintèrent.




Lorsque le Seigneur de Jötunheim partit, ce fut un beau monde qui partit du palais, habituellement calme. L'hôte d'une semaine avait fait en sorte qu'il y soit bien accueilli, et en un sens fut heureux de revoir cet ami qu'il avait longuement apprécié. Son aide serait certainement vitale dans tout ce qu'il pouvait prévoir. À présent, il fallait consolider les bases ailleurs.

-Faites appeler Kauko, j'ai à lui parler.

Avait-il dit à l'un de ses suivants.
Il prit le temps d'écrire une lettre bien longue et agréablement bien écrite à son autre homologue, posté, lui, dans les confins de la capitale, zone qu'il était difficile d'apprécier à sa juste valeur. Les mots qui s'ensuivirent furent tous plus douloureux les uns que les autres, mais il n'avait pas le choix. Il savait que ce jour viendrait, que ces décisions là viendraient à chambouler leur quotidien.

Il soupira, termina par faire couler la cire et la tamponna d'un magnifique blason contenant un cerf aux ramures majestueuses, avant de mander son héraut et de le faire envoyer. Il mettrait quelques semaines avant d'atteindre la capitale. Son message avait été partiellement codé, pour qu'il ne soit pas compréhensible par n'importe qui dès le premier coup d'oeil.  

Si tout cela ne s'était pas déroulé de la sorte, il n'aurait pas été le Seigneur d'Ulfdalar, il n'aurait pas eu à faire cela. Mais il n'était pas certain qu'elle ait eu un meilleur avenir. Que diable était-il dur de quitter les progénitures de la sorte !
Son regard se tourna sur son fils, endormi sur son propre lit. Hiraën n'arrivait jamais à dormir seul. Il fallait toujours qu'il ait de la compagnie. Ce serait d'autant plus difficile pour lui de se séparer de ce seul lien qui l'unissait lui et sa défunte épouse.

La seconde lettre, elle, était destinée à un autre allié, plus proche. Il avait choses à dire à cette personne et maintes autres à fomenter en sa compagnie. La voir était une priorité. Sa plume glissait sur le fin papier, faisant imbiber l'encre noire et luisante sur ce dernier.
On toqua à la porte, le messager nomma la demoiselle.

-Dame Henning, Seigneur.


-Entrez.






Dernière édition par Eärior von Græntlauf le Lun 12 Fév - 13:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CIVIL
avatar

MESSAGES : 26
DATE D'INSCRIPTION : 30/07/2017
AGE : 19
GRADE/MÉTIER : Intendante remplaçante

MessageSujet: Re: #The Lords   Ven 29 Déc - 20:35

Le feu crépite doucement dans l'âtre de la cheminé, j'aime bien le son des bûches se consumant. Les craquements et la chaleur… Ma soirée est calme aujourd'hui.Hiraën dort dans le lit de son père comme toujours lorsqu'il est là Donc je n'ai pas de petite bouillote blonde avec moi. Je n'ai pas eu à lire à voix haute un conte pour l'endormir. Je dois avouer que ça me manque un peu… Mais je suis surtout heureuse qu'Hiraën puisse profiter de son père. Et inversement.
A cette pensée je sens un petit fleurir sur mes lèvres tandis que je tourne le vélin de mon livre. Je pense que d'ici quelques années je pourrais en faire la lecture au petit ou juste lui passer pour qu'il le lise. C'est le genre d'histoire qu'il pourrait apprécier.
Je reste encore dans les déboires du héros et de ses compagnons avec une truite dorée particulièrement vicieuse et manipulatrice lors qu'on toque à la porte. Qui cela peut-il être ? Je pose le livre sur ma table de chevet avant de sortir de sous mes couvertures.

-J'arrive.

J'enfile mes pantoufles et ma robe de chambre avant d'aller ouvrir. Un peu angoissée. c'est un des suivants de mon oncle qui se tient devant ma porte. Je suis apparemment convoquée dans ses appartements. Une vague d'angoisse et d'appréhension me submerge. Que peut-il y avoir de si urgent, de si grave pour que mon oncle désire me parler à cette heure-ci, sans même pouvoir attendre le lendemain matin ? Est-ce que je veux seulement le savoir ..? La peur au ventre j'acquiesce.

-Je me rend présentable et je vous rejoins.

Je ferme la porte, il faut que je me hâte de me vêtir… Je troque rapidement ma chemise de nuit et ma robe de chambre pour une robe de jour. Et les pantoufles contre des ballerines. Je n'ai pas le temps d'arranger mes cheveux, enfin ma natte reste tout à fait correcte.
Bien. Kauko ma grande l'heure est venue… Je prend une grande inspiration et rouvre ma porte.

-Je vous suis

***

J'entre dans les appartements de mon oncle, il est attablé à son bureau en pleine rédaction d'une lettre. Je m'incline devant lui.

-Mon oncle vous m'avez fait mander.

J'essaie de ne pas laisser trop mon angoisse transparaître dans ma voix. Mais j'ai peur.


s'exprime en #6600cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CIVIL
avatar

MESSAGES : 16
DATE D'INSCRIPTION : 23/08/2014
GRADE/MÉTIER : Seigneur d'Ulfdalar

MessageSujet: Re: #The Lords   Lun 12 Fév - 13:24



# The Lords
La plume délicate poursuivit son chemin sur le papier, suivant des lignes que le poignet de son possesseur lui indiquait.Elle laissait sur le passage cette odeur particulière, l'odeur de l'encre encore mouillée qui, sous la lumière du bougeoir à côté, reluisait d'une nouvelle façon.

Les pupilles resserrées du seigneur finirent par se dissimuler derrière ses paupières fatiguées. Un soupire s'extirpa d'entre ses lèvres tandis que ses doigts vinrent les frotter avec une certaine minutie, avant de fermer tranquillement l'enveloppe une fois la cire sèche.
C'est à ce moment que ses oreilles attentives furent retenues par la porte. La présence particulière de la demoiselle retint alors son attention.

Cette dernière n'était autre que sa nièce, jeune femme qu'il avait toujours bien apprécié et qu'il couvait autant qu'il pouvait le faire pour son fils. Les décisions qu'il menait à son intention n'étaient jamais très facile à prendre et il aurait préféré qu'elle poursuive une vie paisible dans son propre palais.

Malheureusement, étaient-ils les aléas de la vie, ces instants où les femmes se devaient d'obéir à une contrainte particulière. Souvent, il se surprenait à s'excuser à son frère, par la pensée, en se disant qu'il trouverait toujours un parti convenable pour elle. Une maison durable et sûre.

Du moins, en la confiant à cette personne, il espérait que ce serait le cas, et, en ayant changé quelques conditions dans les traités, il préférait également la tenir au courant.

Le Seigneur, quoiqu'en dise les rumeurs, était quelqu'un de très attentionné qui n'approuvait le fait de dissimuler les choses. S'il était capable de lire dans les pensées de tout un chacun, il préférait tout de même qu'autrui vienne se confier à lui dans la plus pure confiance.

C'est de la même manière donc, qu'il se retourna sur son fauteuil et, en voyant la belle allure de la jeune femme, une jeune et future dame à présent, il ne put que sentir son cœur se resserrer. Quelles auraient pu être belles ces années, avec sa nièce auprès de son fils, dans cette même insouciance.
Un fin sourire étira ses lèvres, rare comme étaient ses expressions, alors que sa main altière lui indiqua un fauteuil tout près de lui.

-Viens, installe-toi.

Eärior avait très peu de moments mélancolique en présence d'une tierce personne. Il était homme sûr de ses agissements et de ses choix. Il n'avait jamais eu besoin des autres pour approuver ses idées et ses avancements. Pourtant en cet instant, ils sentit la tristesse l'envahir à un point de non retour.

-Il faut absolument que je te parle de quelque chose. Il s'adresse au domestique : faites apporter du thé.

Puis il plaça rapidement quelques documents sur le côté, comme pour libérer la place sur le bureau. Ce geste fut néanmoins aussi utile que s'il pliait du papier, nerveux. Il entrelaça cependant ses doigts entre les siens, bien campé sur son dos, ce dernier installé confortablement sur le dossier de son fauteuil. Un soupire, mêlé de formulation, finit par s'extirper de nouveau.

-Tu sais que le Seigneur Löfgren de Jötunheim a séjourné quelques jours chez nous.


Ses yeux de glace étaient posés sur elle. Mais s'ils paraissaient froids et insensibles devant beaucoup, ils diffusaient une certaine chaleur derrière leur rigueur. Il ne pouvait décidément pas lui faire du mal.

-Tu sais aussi - il avait été décidé il y a longtemps de cela, qu'une alliance aurait été faite avec lui et que tu incarnerais cette alliance. Néanmoins. Il se reprend, les choses ont changé.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CIVIL
avatar

MESSAGES : 26
DATE D'INSCRIPTION : 30/07/2017
AGE : 19
GRADE/MÉTIER : Intendante remplaçante

MessageSujet: Re: #The Lords   Sam 3 Mar - 0:26

Mon oncle m'offre un de ses, trop, rares sourires. Cette vision me réchauffe le coeur, j'aimerais tant voir mon oncle en afficher plus souvent. Alors je profite de tous ceux qu'il m'offre, ce sont des petits instants délicieux. Je sais qu'Hiraën les aiment lui aussi, pour un sourire de son père il serait prêt à décrocher la lune.
Je m'exécute docilement, prenant place dans le fauteuil que mon oncle m'indique. Je prend une posture droite, assurée je l'espère, comme la nièce d'Eärior Von Graentlauf doit se tenir.

-Il faut absolument que je te parle de quelque chose.

J'acquiesse, le noeud dans mon ventre se resserre. La crainte reprend ses droits sur mon être. Le sujet est important, vital sans doute même, mon oncle ne fait que me le confirmer. Seulement entendre de sa bouche ces mots appuyant sa gravité n'aide pas à ma détendre. De plus mon oncle est clairement nerveux,manipulant inutilement des papiers sur son bureau, pourtant déjà très bien rangé et dégagé. Entrelaçant ses doigts.

-Tu sais que le Seigneur Löfgren de Jötunheim a séjourné quelques jours chez nous. 

Oui, je suis effectivement au courant. Enfin, aux dernières nouvelles le seigneur Löfgren est encore un de nos hôtes, mais si je me fie au temps qu'a utilisé mon oncle ce n'est plus le cas dans un futur très proche, voir quasi immédiat.

-Tu sais aussi - il avait été décidé il y a longtemps de cela, qu'une alliance aurait été faite avec lui et que tu incarnerais cette alliance. 

Celà aussi je le sais, et depuis longtemps… Je sais qu'un jour je quitterai ces murs et ces habitants tant chéris, tant aimés comme son… épouse. J'ai eu des années pour me faire à l'idée… Et je crois que… jy suis plutôt bien arrivée… En n'y pensant pas trop, certes… Mais il fallait bien s'y résoudre. Notre famille a besoin d'alliances, et ma naissance fait de moi un excellent moyen d'en sceller une. Bien plus solide qu'un bout de papier signé ou qu'une poignée de main. De plus, je ne veux que satisfaire mon oncle,  et si cela passe par un mariage, mon mariage, eh bien… Soit… Et j'ai confiance en mon oncle. Jamais il ne me confierait à quelqu'un susceptible de me faire du mal… Peu importe l'angoisse et la peur que je ressens, c'est un fait… Une espèce de bouée de sauvetage à laquelle je m'accroche. Tout en tordant mes mains nerveusement. Si le sujet arrive maintenant, c'est que… Le jour arrive très bientôt… Oh, j'aurais aimé avoir encore quelques années… Pouvoir passer plus de temps avec Hiraën… Le voir grandir encore un peu…

-Néanmoins.les choses ont changé. 

Je lève la tête dans un sursaut suite à cette annonce. Les choses… ont changées… Est-ce-que… Je bats des cils, quelque peu interdite… Je ne vais plus épouser le Seigneur Löfgren… Si j'ai bien compris…

-Mon oncle… Ai-je fait quelque chose qui a déplu au Seigneur Löfgren ?

Demande-je d'une petite voix fluette. Peut-être l'ai-je fait fuir… Oh s'il-vous-plait non…Ce serait atroce si j'étais à l'origine de l'échec de ce projet d'alliance de longue date. Je me mords l'intérieur de la joue pour contenir une vague d'angoisse. J'aimerais disparaître...


s'exprime en #6600cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: #The Lords   

Revenir en haut Aller en bas
 
#The Lords
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lands of Lords
» Mon projet pour Apo
» Les pire moments de fluff
» [Règles] Personnages Vampires
» ♔ LADIES VS LORDS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPG - Royaume d'Yggdrasill :: Plateau Nifhlheim :: Ulfdalar-
Sauter vers: