AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Comme on mange on travaille [Ft Ástrid]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NOMADE
avatar

MESSAGES : 102
DATE D'INSCRIPTION : 21/10/2013
AGE : 22

MessageSujet: Comme on mange on travaille [Ft Ástrid]   Lun 5 Mar - 23:11



Comme on mange on travaille







Vivre avec le ventre vide représentait une torture. Oui, vivre sans toit, c’était supportable. On pouvait dormir à la belle étoile, et puis changer d’endroit où dormir, c’était amusant quand on le prenait du bon côté. Pour cela, il fallait bien sûr oublier les intempéries comme la neige, la pluie, les vents forts, ou les températures qui pouvaient être parfois trop froides ou trop chaudes pour être supportables. Enfin, vivre sans toit, ça restait supportable. Vivre en croisant des personnes dans son chemin sans demeurer longtemps avec elles, c’était aussi supportable. On pouvait les connaître sans les côtoyer longtemps, car certains individus osaient se confier car ils étaient persuadés qu’ils ne se reverraient jamais. D’un autre côté, c’était tout aussi bien dans le cas où il ne supportait pas l’autre, ou plus souvent dans les situations dans lesquelles les autres ne le supportaient pas, abréger les rencontres c’était aussi en option, et il pouvait filer en catimini histoire d’avoir la paix.

Mais, le ventre vide. Que ce soit sous la pluie, le vent, la neige, avec ou sans personne, ça restait vraiment une torture. Et Maden avançait en trainant des pieds dans les rues de la capitale, le vente et les bourses vides. Cela devenait coutume dans sa vie, de se sentir toujours vide de nourriture et d’argent, et il avait beau se dire qu’il avait quelque chose à changer dans ses habitudes, il n’arrivait pas à déceler ce que c’était, précisément. Il hésitait tantôt entre les soirées trop arrosées qu’il passait avec les hôtes qu’il croisait sur sa route, ou celles qu’il passait avec les autres nomades lorsqu’il en rencontrait. A moins que ça soit tous ces moments durant lesquels sa langue se délie – un peu trop – et qu’il se retrouve entouré de personnes aux expressions patibulaires ? Après réflexion, ça devait sûrement être un peu des deux, et ces deux habitudes additionnées à sa malchance, ça produisait un résultat assez explosif.

Réfléchir ne changera pas grand-chose à sa situation. Il était à bout de force, et bientôt il avait du mal à faire un pas devant l’autre. Son corps ne pouvait pas fonctionner sans avoir le ventre plein. Déjà que lorsqu’il l’était, rien n’allait dans le bon sens… Il était persuadé qu’il était maintenant plus proche de la goule que de l’humain. Bientôt, il se retrouva à faire signe à la première personne qui croisait son regard :

-S’il vous plaît, j’ai b’soin de votre aide.

Encore un peu et il pouvait prétendre être une demoiselle en détresse.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CIVIL
avatar

MESSAGES : 37
DATE D'INSCRIPTION : 30/01/2018
GRADE/MÉTIER : Herboriste

MessageSujet: Re: Comme on mange on travaille [Ft Ástrid]   Lun 2 Avr - 16:25

Maden
Kanaan

Ástrid
Njall

「 Comme on mange, on travaille」

                  Ástrid venait de se lever. Le soleil perçait les fins rideaux en tissu gris de sa chambre. Elle fixait le plafond, comme à son habitude avant de se lever. Elle avait faim. La jeune femme essaya de se remémorer ce qu’elle avait fait la soirée passée et des flashs d’une auberge lui vinrent à l’esprit : elle avait encore du dépenser son argent dans ces jeux à boire avec les autres ivrognes de la taverne d’en bas. Elle s’assit, toucha ses draps du bout des doigts et regarda à sa droite : un si grand lit et personne avec qui le partager. C’était devenu une habitude de fixer cette place vide le matin avant de se lever et d’aller travailler. Enfin, travailler… Ástrid avait enfin un endroit pour débuter sa boutique, mais il fallait qu’elle mette au point de nouvelles formules à base d’herbes et de nouveaux traitements. On lui a fait une commande, par exemple, pour perdre du « gras accumulé à la taverne et aux banquets qui fait fuir la donzelle ». Ca n’existe pas, ce genre de plantes ou breuvage miracle. Enfin, pas encore du reste. Car oui, notre Ástrid est ambitieuse, visionnaire même !

La jeune femme se leva de son lit, enfin, et se dirigea vers une petite pièce annexe où il y avait une bassine de bois, énorme, remplie d’eau tiède. Elle se plongea dedans et se frotta le corps. Pendant deux secondes elle s’arrêta sur le fait qu’elle venait de rentrer dans un bain tiède, mais se rappela que quand elle est rentrée, elle a fait chauffer de l’eau jusqu’à la faire bouillir et s’est endormie en attendant que l’eau refroidisse. Avec la chance qu’elle avait, l’eau était tiède, mais encore dix minutes et elle aurait été glacée. Alors la jeune femme se lavait, chantant. Elle frottait ses jambes, ses bras, ses épaules et sa nuque, puis ses clavicules… Et sorti. Elle prit une serviette qui traînait, là, et se sécha avec avant de mettre sa tenue habituelle (qui ressemble fortement à ça, sans épée bien sûr, et avec une cape sur les épaules), puis prit un panier ainsi que de l’argent avant de sortir. Elle n’avait jamais à manger chez elle, ce qui la forçait à sortir dehors et essayer de « voir » du monde.

Alors qu’elle déambulait dans la rue, elle vit au loin un jeune homme tituber. Un alcoolique ? Un mendiant ? Elle ne pouvait dire de quel milieu il était non plus. Elle essaya de ne pas y prêter attention car s’il était là pour de l’aide, elle serait dans de beaux draps … Et il demande de l’aide. D’accord. C’est si gentiment demandé…

Ástrid« … Pardon ? » dit alors notre jeune rousse, « Mon aide ? »

Elle le fixait, penchant la tête sur le côté, et se pencha vers lui.

Ástrid« Hmmm regardons ça…  Votre teint est plutôt pâle, votre souffle court, mais vos pupilles sont normales … » elle entendit soudain un petit bruit, « Et votre estomac parle pour vous. Vous avez faim, n’est-ce pas ? Je crois que pour ça, je peux vous aider.. Mais ce ne sera pas gratuit. » dit elle avec un sourire en coin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Comme on mange on travaille [Ft Ástrid]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Yuki] ... Comme celui qui conquit la toison...
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
» S o f i a ▬ L'Italie est comme un artichaut qu'il faut manger feuille à feuille.
» On engraisse bien les cochons...
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPG - Royaume d'Yggdrasill :: Plaine de Vanaheim :: Midgard-
Sauter vers: