AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ranveig † brennt barn forðast eldinn [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FRILAGEN
avatar

MESSAGES : 19
DATE D'INSCRIPTION : 07/10/2017
AGE : 17
GRADE/MÉTIER : Fauconnier.

MessageSujet: Ranveig † brennt barn forðast eldinn [terminé]   Sam 4 Aoû - 0:11



Ranveig « Ran » Bryn Hansen
ft. original character





AGE — 17 ans (25 février).
SEXE — Féminin ♀
ORIENTATION — Pansexuelle (il semblerait qu'elle ait un faible pour les hommes plus matures et âgés qu'elle).
CLASSE — Arbalétrier / nécromancien (affinité non contrôlée).
METIER — Aucun.
CAMP — Frilägen.
GRADE — Fauconnier.
ARME — Une arbalète légère à divers types de carreaux.



physique
reputation rarely flatters





Taille : 1m59.
Poids : 54 kg.
Carrure : Discrètement musclée et athlétique, relativement mince. Petite poitrine, hanches discrètes ; peu de courbes mis à part d’assez bonnes cuisses.
Yeux : Mordorés, plus ou moins expressifs.
Cheveux : Mi-longs (juste au-dessus des épaules), ondulés et brun clair. Bryn a tendance à les attacher avec des lacets de cuir en chignon, en tresse ou en queue de cheval pour la praticité. Néanmoins, il s’en échappe toujours quelques mèches rebelles. Elle aime bien y ajouter une touche de fantaisie, comme des plumes colorées.
Peau : Peau normale, teint caucasien moyen. Des taches de son discrètes sur le nez et les joues, des traits délicats et arrondis.
Vêtements : Ran opte pour la simplicité. Elle arbore la plupart du temps des couleurs neutres et passe-partout. Ses habits sont unisexes : pantalons, tuniques, capes courtes, gilets et châles composent la majeure partie de sa garde-robe. Ses mains sont couvertes en tout temps de gants de protection en cuir. Elle porte de nombreuses sangles du même matériel qui lui permettent d’entreposer des carreaux d’arbalète spéciaux ou des lames si jamais elle est attaquée au corps à corps.
Signes distinctifs : Ran est tatouée sur l’omoplate gauche (le motif représente un rapace) et elle a deux boucles d’oreille en fer sur le haut du cartilage de son oreille droite. Son sourcil gauche est fendu. Son corps est gravé par-ci, par-là, de petites cicatrices données avec affection par les rapaces, mais elles sont difficilement remarquables.

+ Magnus ♂ : Sa chouette effraie domestiquée qui lui appartient depuis maintenant trois ans. Elle a un plumage très clair.




caractère
no one is a total fool if he knows when to hold his tongue





D’un naturel calme et décontracté, Ran s’énerve rarement et n’hausse pratiquement pas le ton. Elle garde son attitude posée lors des combats et démontre un étonnant sang-froid et une précision dans ses gestes. Néanmoins, elle n’hésite pas à frapper lorsqu’elle se sent menacée ou qu’on le lui a ordonné, que ce soit un humain, un animal ou une créature, ce qui lui a valu la réputation d’être parfois insensible. Au fond, ses camarades s’en formalisent peu puisqu’elle est amicale et sociable : elle recherche instinctivement la compagnie humaine et a tendance à s’entendre même avec les cœurs durs. C’est une amie avec laquelle on peut discuter de tout et de rien pendant les heures de corvées ou de randonnées sauvages. Faites toutefois gaffe à sa langue de vipère et à son côté taquin, elle aime bien faire un peu de sarcasme et se moquer gentiment. En bref, c’est quelqu’un de bon vivant, qui apprécie les plaisanteries et les jeux enfantins.

Elle est appliquée dans ce qu’elle fait et se déconcentre difficilement. C’est encore plus intense lorsqu’elle souhaite se changer les idées.

Évidemment, personne n’est parfait ! La jeune fille se révèle aussi particulièrement tactile, et ce souvent de façon spontanée, ce qui ne plaît pas à tout le monde : en effet, elle est du genre à se jeter dans vos bras ou à poser une main sur votre épaule alors que vous ne vous y attendiez pas. Elle ne fait appel à aucun filtre et lorsque vient le temps de parler, elle n’altère pas la réalité et dit haut et fort ce qu’elle pense : franche et un peu désinvolte, c’est le moins qu’on puisse dire. Ran est aussi pessimiste, elle a tendance à voir le verre à moitié vide la plupart du temps et à éviter les espoirs inutiles afin de ne pas être déçue plus tard. Si vous arrivez à briser son cocon de protection, vous verrez que c’est en fait quelqu’un d’instable qui fige facilement lorsqu’il est question de traumatismes passés.




histoire
don't judge people by the stories they tell





Tu crois que j’ai le choix, Harald ?

La voix perce le silence pesant qui avait régner jusque-là dans la pièce. Un faucon s’agite sur son perchoir en bois couverts de traces de griffes. Les flammes des bougies s’agitent sous l’effet d’une brise tiède s’infiltrant par les volets ouverts de l’imposante demeure. Une belle femme brune dans la vingtaine porte dans ses mains un bébé profondément endormi de quelques mois tout au plus.

Je ne pouvais pas l’abandonner non plus, rajoute la dame, en colère.

L’homme musclé croise les bras sur sa poitrine et soupire. Il ferme les yeux, les doigts sur sa tempe.

Il a un nom ? finit-il par demander d’une voix incertaine.

Erik.

Soudainement, l’homme se met à rire. L’atmosphère se détend aussitôt et il se rapproche du petit bonhomme pour lui jeter un meilleur coup d’œil. Un sourire étire ses lèvres et il taquine Solveig :

Comme ça tu l’a nommé sans me consulter ?

Tu as toujours eu de mauvaises idées pour les prénoms, rouspète gentiment la nouvelle mère. En plus, c’est celui qu’elle voulait lui donner quand elle était enceinte.

La pièce retombe sous le silence, mais cette fois, l’ambiance est apaisante. Les deux parents observent l’enfant avec tendresse. Ils sont déjà tombés sous le charme.

Hm, tu penses qu’il fera un bon fauconnier ?

Si ce n’est pas le cas, on n’a qu’à faire le nôtre.

Les deux éclatèrent de rire.

***

Ben alors, Solveig, t’aurais pas pris un peu de poids par hasard ?

La tenancière de la taverne frappe l’arrière de la tête du vieillard avec une choppe à moitié vide. Le client se met aussitôt à rire grassement, accompagné par ses autres copains de beuverie. Solveig ne peut s’empêcher de les accompagner, elle aussi entraînée par la bonne humeur générale. À ses pieds, le jeune Erik s’agrippe fermement à ses jupons comme s’il avait peur d’être emporté par une marée imaginaire. Sa mère adoptive caresse gentiment sa tignasse brune pour le rassurer. Un gamin de quatre ans parmi ces brutes… Bon, des brutes gentilles, mais tout de même, ça ne doit pas être rassurant pour lui.

Allez, faut fêter ça un peu, non ? Une autre tournée générale ma poulette !

Le vieillard se penche alors vers Erik. Le petit se cache derrière un pan de la robe de sa mère, les yeux ronds comme des billes. Le client régulier lui souffle :

Ben dis donc, tu vas avoir de la compet’, le p’tit.

***

L’oiseau frôle à toute vitesse la tête de l’homme et vient se déposer gracieusement sur le frêle bras de la fillette, dressée comme un i sur la selle de sa monture. Harald grimpe sans se presser la colline sur laquelle Bryn attendait patiemment l’animal. Dans les serres de celui-ci pend mollement un lièvre à la riche fourrure brune. L’enfant décoince la proie des serres du faucon et le tend à son père, qui prend le moment de l’admirer sous tous les angles, un large sourire fendant son visage en deux.

Bon sang ! Je n’aurais jamais cru qu’une fillette puisse atteindre mon niveau aussi vite, s’écrie-t-il pour la taquiner.

Il attache le lièvre à sa ceinture de cuir et tend les bras à Bryn pour qu’elle puisse descendre de sa monture. L’oiseau de proie s’agite, mais reste fermement agrippé au gant renforcé de l’enfant de dix ans. La fillette le montre fièrement à Harald en gonflant sa poitrine. Celui-ci lui ébouriffe gentiment ses cheveux. Une voix lointaine interrompt leur moment de tendresse :

J’espère que vous avez ramener quelque chose de bien pour le dîner !

Un jeune homme les rejoint, les mains dans ses poches. Il jette un rapide coup d’œil aux proies accrochées après la selle du cheval familial, puis glisse ses prunelles sur sa petite sœur. Il fronce discrètement les sourcils.

Ouais, c’est pas mal.

Allez, fais pas ton jaloux, mon fils ! le gronde affectueusement Harald en lui donnant une bonne tape dans le dos, ce qui le fait sursauter. Solveig nous attend à la taverne ?

Non, à la maison. Elle a fermé l’Aigle d’Or plus tôt, aujourd’hui.

***

Brynja, Erik, je vous présente Svanhild et Leif, fit Harald en s’inclinant devant les deux invités. Ils iront à la chasse avec nous dans les prochains jours.

Les nuits se font plus longues et la température plus fraîche ; les arbres perdent peu à peu leurs feuilles qui viennent tapisser la forêt de couleurs éclatantes. Bryn, qui a bien maturé depuis quelques années, salue poliment les deux autres jeunes Mikaelson, qui étaient autrefois venu inspecter la taverne de Solveig afin d’offrir un certain partenariat – dont elle ignore les conditions exactes, mais qu’elle devine profitables. Svanhild joue avec ses longs cheveux blonds sans même adresser un regard aux deux Hansen ; Leif répond gentiment à leur mot de bienvenue. Satisfait, Harald se tourne ensuite vers le père Mikaelson.

Le meilleur moment serait donc le lendemain très tôt, le temps de réveiller et de nourrir les aigles.

Des aigles ? s’étonne l’invité. Et puis quoi encore, des chouettes ?

Harald ne se laisse pas défaillir. Il n’a pas l’air de saisir la subtilité hautaine des paroles du chef de famille, ou bien il l’ignore superbement.

Nous en avons quelques-unes, mais c’est le domaine d’expertise à Bryn.

***

Ça ne serait pas arrivé si vous m’aviez écouté à ce moment-là !

L’excuse classique.

Lorsque l’automne se fait moins clément, les ventres vides s’affrontent avec violence. Les quatre jeunes restent en retrait, tête basse : ils se jettent des coups d’œil incertains et n’osent pas échanger ne serait-ce qu’une syllabe.

Et risquer de perdre l’une de mes bêtes ? Pas question ! Vous savez comment de temps cela m’a prit de l’élever ?

***

L’air grave, Harald se redresse. Il essuie rapidement ses mains maculées de boue sur son manteau, prend une longue inspiration, et se tourne vers le père Mikaelson, déjà tous crocs et toutes griffes dehors. Les bras d’Erik se relâchent peu à peu, libérant Bryn de son étreinte, qui se laisse aussitôt tomber à genou devant le cadavre du faucon. Pour les Hansen, un oiseau n’est pas juste un oiseau. Et il peut rapidement devenir un signe de guerre lorsque son corps est retrouvé sur le terrain d’un rival.

Les hommes s’affrontent en face à face, la discussion devient mouvementé : les mots s’envolent, les insultes aussi. Après plusieurs mois, la tension éclate enfin en conflit ouvert.

Le faucon s’agite doucement dans les mains de Bryn. Il agite ses ailes couvertes de boue du printemps et secoue sa tête. Erik, surpris, tombe sur le sol avec un petit cri étouffé. Aussitôt, les deux pères de famille s’interrompent dans l’intention de gronder le garçon, mais se taisent aussitôt en apercevant eux aussi la scène. Soulagée, la jeune fille se tourne vers eux, l’animal dans les mains, encore sonné. Elle fige en voyant le visage déformé des spectateurs.

***

Bryn passe la bandoulière du sac en cuir par-dessus sa tête et ressert la languette qui tient en place l’arbalète contre sa cuisse. Sur la clôture en pierre démarquant le terrain de la maison familiale, une chouette effraie au plumage presque blanc attend patiemment. L’adolescente tend son bras afin que le rapace s’y agrippe. Son geste est interrompu à mi-chemin par Erik.

Tu vas filer comme ça ?

Il paraît sûr de lui, plus sûr qu’il ne l’a jamais été pendant ces deux ans de torture interne.

Je crois que ça ne va attrister personne, Bryn répond sèchement en se tournant vers le jeune homme.

Erik hésite. Il ne sait pas comment le dire, ni quoi faire. Il veut l’arrêter. La laisser partir. En même temps. C’est cette attitude incertaine qui a finit par écœurer Bryn et lui donner envie d’aller faire sa vie ailleurs. Pour le bien de tous. C’est l’adolescente qui fait le premier pas : elle lui vole rapidement un baiser sur les lèvres, puis lui tourne le dos et claque des doigts. Magnus hulule doucement et se pose sur son bras tendu. Sans un mot de plus, elle abandonne son frère adoptif, qui est resté immobile devant la demeure, et s’éloigne vers l’horizon.

***

Et donc, c’est quoi ton nom, toi ?

Le soldat l’observe, l’œil paresseux. Il attend une réponse. Évidemment, qu’il attend une réponse. Il est pas ici pour rien faire. Si elle se dépêche pas de s’engager, elle va laisser sa chance s’échapper.

Br… Euh, Ranveig. Je souhaite m’engage en tant qu’apprenti-fauconnier.





relations
do they feel real to you?







raiksos

Ran ne connaît pas grand-chose à propos des autres camps militaires. À ses yeux, néanmoins, les Raiksos sont sans doute les mieux ordonnés et les mieux admirables de tous, puisque découlent de leurs rangs ces fameux chevaliers, souvent héros d’épopées légendaires ou de simples récits qu’on lit aux enfants à l’heure du lit. Mais bon, elle se doute bien qu’il faut équilibrer vie réelle et rêves de gamins, et que ce n’est sans doute qu’une fausse impression de sa part. Elle reste curieuse de rencontrer des Raiksos. Peut-être qu’un jour l’occasion se présentera ?




rakennus

Les Rakennus… Brrr. Ça, Ran n’est sûre de rien, mais elle en a entendu parler par-ci, par-là, et elle n’est pas sûre d’apprécier l’image que ce camp projette. Elle serait, disons, un peu moins enthousiasme de travailler avec ces fameux « mercenaires ». Bon, quoiqu’ils puissent se montrer utiles et efficaces.



frilägen

Autant être cliché jusqu’au bout et admettre que pour Ran, les Frilägen, c’est comme sa deuxième famille. Lorsque la sienne l’a rejetée, elle a trouvé refuge auprès du camp militaire et a réussi à se faire de nouveaux liens et à rebâtir sa vie, tout en omettant son passé. Si une boule de malaise concernant son histoire lui reste toujours au fond de l’estomac, ce n’est pas ce qui l’arrêtera de servir les Frilägen avec fierté. Elle reste une Frilägen plus que tout.



civils

La plus grande partie de la population : impossible à ignorer même si Ran l’aimerait plus que tout. Pour elle être civil rime avec son passé, et elle a coupé les liens avec celui-ci pour le mieux. Les civils sont, de sa vision, des êtres assez fermés d’esprit qui n’aiment pas que l’on brise leur quotidien et leurs habitudes. Mais au final, c’est juste un moyen de se convaincre qu’elle n’a rien d’autre à faire que d’oublier ceux qui faisaient partie de sa vie et qu’elle aime encore profondément.




nomades

Les nomades ? Késako ? Oh, c’est le vieillard qui s’assied au coin du feu pour conter des histoires ? Oui, c’est pas mal. Ran a sympathisé avec quelques-uns au fil de sa vie, toutefois elle reste assez méfiante à leur propos : il suffit d’un mot pour qu’il circule dans tout le royaume autour des feux de camps. C’est facile de répandre des rumeurs quand on voyage sans cesse, sans attache.





Diezel
les z c'est la classe, okay !





AGE473 ans Non, elle n'est plus drôle celle-là.
GENRE — Genre, genre ? Genre McDonald's c'est pas de la malbouffe ? Genre Ragnar c'est un prénom cliché japonais ? Plus sérieusement, elle.
UNE QUESTION ? — Vert ou rouge ?
D’OÙ NOUS CONNAIS-TU ? — J'étais un fantôme errant depuis quelques temps. Maintenant je suis de retour.
LE MOT DE LA FIN — Je vous aime. ♥️


Dernière édition par Ran B. Hansen le Lun 20 Aoû - 20:23, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CIVIL
avatar

MESSAGES : 813
DATE D'INSCRIPTION : 11/07/2013
GRADE/MÉTIER : Paperasseur en chef

MessageSujet: Re: Ranveig † brennt barn forðast eldinn [terminé]   Sam 4 Aoû - 10:47


Re-bienvenue parmi nous ! /o/
Et bon courage pour ta fiche, huhu

Si tu as des questions n'hésites pas ~


Paperasse en #dd2929

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
CIVIL
avatar

MESSAGES : 813
DATE D'INSCRIPTION : 11/07/2013
GRADE/MÉTIER : Paperasseur en chef

MessageSujet: Re: Ranveig † brennt barn forðast eldinn [terminé]   Dim 19 Aoû - 23:39



félicitations


« à l'aventure compagnons »


Te voilà désormais validé(e) ! Tu vas pouvoir aller arpenter les vastes plaines et les épaisses forêts d'Yggdrasill, faire plein de rencontres intéressantes... et maraver quelques goules au passage.

Afin de t'aider à te lancer dans le grand bain de l'aventure, voici quelques liens utiles
» Demandes de RPs
» Fiches de liens
» Chronologies
» Quêtes

Et pour t'aider dans le reste du forum
» Questions et suggestions
» Informations (et nouveautés)

A très bientôt dans nos contrées !



Paperasse en #dd2929

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ranveig † brennt barn forðast eldinn [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ranveig † brennt barn forðast eldinn [terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [CDA n°1] La forêt noire... [Terminé]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Une forêt, un labyrinthe [Terminé]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Personnages & gestion :: Présentations-
Sauter vers: