AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hakuran - feat. Elain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FRILAGEN
avatar

MESSAGES : 29
DATE D'INSCRIPTION : 01/03/2014
GRADE/MÉTIER : Général

MessageSujet: Hakuran - feat. Elain   Ven 8 Aoû - 5:57

Hakuran
white orchid



La lumière du soleil traversait les rideaux dans de fins rayons, illuminant doucement les livres épais, ouverts par vingtaines un peu partout autour du lit. Sur celui-ci, au milieu de quelques livres encore et de couvertures défaites, tu te retrouvais encore ensommeillée, alors que derrière tes paupières fermées tu sentais la présence de cette chaleur matinale à laquelle normalement tu assistais les yeux ouverts. La nuit avait été difficile...
Tu tournas légèrement le visage. Ce rayon commençait à gêner ton sommeil. Tu mis certainement quelques secondes encore avant de tenter d'ouvrir les paupières et de retrouver une vue bien distincte de la chambre, dans la pénombre, seulement perturbée par ces rideaux légèrement ouverts. Ici, le silence était encore de mise dans les couloirs, mais c'était à l'extérieur que les cris se faisaient entendre. Tu frottas tes paupières avec le dos de la main, puis tu étiras les bras avant de bâiller. Au dehors, les agitations se faisaient de plus en plus récurrente. Tu reconnus rapidement les voix des soldats, et celles de leurs capitaines évidemment.

Soupirant, tu te redressas pour t'asseoir, puis sortit tes jambes des couvertures et du lit. Tu te mis à regarder le sol quelque instant, avant de te lever et de te diriger vers la petite salle de bain que tu avais d'aménagé à côté, plongeant tes mains dans l'eau froide et te la passant sur le visage. Lorsque tu revins dans la pièce principale, tu tentas de te frayer un chemin parmi ces tonnes de livres, de fioles et d'instruments en tout genre qui bloquaient le passage, puis te dirigeas vers la fenêtre, ouvrant légèrement les rideaux pour laisser passer la lumière plus largement dans la pièce. Elle t'éblouit tellement, que tu d'abord dissimuler tes yeux derrière ta main, puis, habituée, tu finis par regarder correctement sur les champs en bas. Le campement extérieur servait aux entraînements. Plusieurs escouades s'échauffaient et montaient déjà les armes pour les préparer.
Déjà cette heure-ci?

Quelques soldats t'avaient remarqué à la fenêtre, essayant de te saluer en pensant que tu les remarquerais, mais en réalité tu étais encore dans tes songes, et tu t'enfonças à nouveau dans la pièce ressemblant plus à une forêt d'instruments et de livres qu'à une chambre. T'affalant sur un des fauteuils de la pièce qui n'était pas encombré, tu bâillas une nouvelle fois, puis t'étiras. Tu avais passé la nuit sur les archives, sur la paperasse, et tu avais enchaîné les recherches, ce n'était qu'exceptionnel mais au moins tu avais dormi et tu profitais de ton temps de repos pour récupérer.
Soudain, un semblant de sifflement se fit entendre d'entre la montagne de papiers. Une tête noire aux yeux dorés sortit de cet amas blanc, venant jusqu'à toi et montant sur ta jambe pour t'atteindre. Un sourire se dessina sur ton visage, tu posas délicatement ta main derrière sa tête et tu tendis légèrement le cou pour venir déposer un baiser doucereux sur le museau du reptile, qui se mit à tirer sa langue de temps à autre pour sentir ta présence.

Bonjour mon chéri ~

Tu le laissas se frotter à ton cou et ton menton, avant qu'il ne se faufile sur tes jambes, contre ton ventre. Passant tes doigts sur les écailles reluisantes, tu gardais ce calme que rare tu avais, avant de visualiser ton bureau dans un état de catastrophe avéré. Un soupire s'échappa de tes lèvres. C'est vrai que tu n'avais rien rangé, et on aurait dit plus un champs de bataille qu'un laboratoire. M'enfin, c'était le cas du reste de la pièce, pourtant très grande.
Tu finis par attacher tes cheveux blonds en un chignon hirsute à l'arrière de la tête. Quelques petites mèches dépassaient par-ci par-là, mais tu n'avais pas tellement le temps de t'en occuper, et tu t'occuperais de leur coloration autant que de leur coiffure plus tard. Puis finalement tu tentas de t'y remettre. C'est que le camp dépendait dans un certain sens de tes recherches. Il y avait énormément de choses à améliorer, et tu n'étais jamais à cours de travail. Heureusement et exceptionnellement, tu n'avais rien de prévu à part la récolte d'échantillons, et la remise à neuf des troupes se faisait cet après-midi.

Tu crois qu'aujourd'hui je pourrai lui parler tranquillement? Lanças-tu au reptile, recommençant à noter,
on n'a pas eu le temps de discuter depuis la chasse au troll.

Le serpent siffla, comme s'il te comprenait. C'est que tu lui parlais constamment, il s'y était habitué depuis si longtemps qu'aujourd'hui on aurait presque cru qu'il communiquait de la même façon avec toi. Tu l'avais conditionné à t'écouter, et toi tu l'écoutais lorsqu'il te fixait longtemps, comme pour se confier également. Une complicité qui allait au-delà de ça.
Brusquement, sa tête se redressa, sa langue sortit maintes fois de sa gueule pour renifler l'air. Un tremblement l'avait fait réagir, et tu te mis à la regarder, inquiète de sa réaction. Tu finis par visualiser la pièce. Un grattement attira également ton attention. Pourtant, tu n'eus pas le temps de faire quoi que ce soit, que Nídhögg s'élança, rapide comme l'éclair, vers un coin où les livres étaient plutôt denses. Alertée par sa vivacité en sachant qu'il n'avait pas mangé hier, tu laissas tomber ton travail, bondit là où il se trouvait et arriva à temps pour bloquer l'animal dans une bulle d'eau. Malheureusement tu n'eus pas le temps de te rattraper, tu tombas sur la pile de livre.

Aïe aïe...

Tu frottas légèrement ta tête de tes doigts : ouf, rien de cassé. M'enfin, c'était tout de même étonnant cette histoire! Tu te mis à regarder ce que tu avais attrapé à l'instant pour éviter que ton ami ne le dévore, et tu haussas les sourcils en constatant la petite boule de poils qui grignotait une page d'un de tes livres. Tu soupiras. Sérieusement, il fallait surveiller ces animaux, surtout en sachant que tu possédais un serpent....
Tu délivras Nídhgg qui semblait assez fâché, le faisant sortir par les tuyaux reliant l'extérieur afin qu'il puisse se nourrir, et scruta le petit rongeur. Un lemming...

Tu as l'air perdu, toi! Où se trouve ton maître?

Calmement, tu t'assis et t'installas avec la créature sur les jambes, passant tes doigts dans sa fourrure ce qui le calma tranquillement. Il ferma les yeux. Tu souris discrètement : décidément, tu étais accro à ces petites bêtes.







In this beautiful world that is smeared with lies, i'm looking at the moon.
Lekný Jarvinen


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FRILAGEN
avatar

MESSAGES : 31
DATE D'INSCRIPTION : 05/02/2014
AGE : 21
GRADE/MÉTIER : Frilagen/Recrue

MessageSujet: Re: Hakuran - feat. Elain   Dim 17 Aoû - 12:19



Panique









Se réveiller comme une fleur. C'était loin d'être le réveil d'Elain. Elle avait commencée à s'adapter au rythme du camp, et avait commencée à s'améliorer physiquement, même si à ses yeux elle se sentait toujours sous estimée des autres. Malgré tout, ses réveils étaient toujours pour le moins mouvementés. On allait pas venir la réveiller avec une boisson chaude, surtout pour une recrue. Elle avait eut la chance d'avoir une chambre seule car elle était une femme, et que la majorité des soldats étaient des hommes. Sinon...

C'était pareil pour tout le monde. Il fallait se réveiller un peu avant les lueurs de l'aube, mais pas trop tôt sinon vous serez trop fatigué, ni trop tard sinon vous recevrez une rouste. Elle avait réussit à trouver la petite parade, un léger temps pour se rouler encore tout petit peu dans sa couverture avant de se lever, de s'habiller, de ranger sa chambre, avant que le soldat chargé du réveil ne débarque. Ensuite, il fallait prendre son petit déjeuner, rapidement, puis s'échauffer, et enfin s'entrainer.

Chaque matin, c'était ainsi, oui. Mais pas pour cette fois. Elle avait rangée sa chambre, fut prête pour accueillir le soldat qui ouvrait la porte des chambres des recrues sans crier gare, puis avait fouillé le sac pour s'assurer que Ricco était bien là... Sauf qu'il n'était pas dans le sac. Pas le temps de fouiller la chambre, elle devait prendre son petit déjeuner. Prendre des forces était nécessaire. Et le lemming devait bien se cacher quelque part dans la pièce.

Elle dévala les escaliers pour entrer dans la salle commune, où tous mangeaient, pris sa gamelle, fut servie par un cuistot en faisant la file, comme tout le monde, puis avala un peu de travers son repas. Ne pas trouver son rongeur dans son sac, ça l'ennuyait. Il ne bougeait pas, habituellement, à part quand elle le faisait sortir du sac, et si c'était le cas, elle prenait soin de le garder prés d'elle. Ca l'ennuyait beaucoup, il était vraiment petit, elle avait peur que quelqu'un l'ait écrasé s'il était sorti de la chambre. C'était son meilleur ami, le perdre lui ferait sacrément mal.

Elle termina assez rapidement sa gamelle et repartit en fonçant tête la première en direction de sa chambre. Cette fois, elle vida son sac, défit son lit si bien arrangé, observa dans chaque recoin de la pièce. Pas de doute, il n'était plus là. Elle jeta un coup d'oeil à la fenêtre et observa que les autres recrues, dehors, commençaient à s'échauffer, à préparer leurs armes. Mauvais signe. Elle était en retard, ça pourrait lui coûter cher. Et Ricco avait disparu. Pas la peine de réfléchir, entre son entrainement et son lemming, elle préféra le rongeur. Tant pis si on la punissait par une tâche ingrate et humiliante, le principal était de retrouver son ami en un seul morceau.

Elle traversa le couloir en regardant en direction du sol, cherchant du regard la petite bête en prenant soin de ne pas l'écraser en chemin. Sur la pointe des pieds, ce fut le mieux. Quelques soldats qui passaient par là la regardèrent avec un air moqueur. Elle s'en fichait. Ils devaient être bien plus qu'imbéciles, ces deux là. Elle avait beau chercher partout, elle ne le trouvait nul part, et l'impatience et l'inquiétude finit par devenir de la panique. Sans trop réfléchir, elle décida d'ouvrir la porte d'une chambre en criant :

-Ricco ! Par ici !


Comme si il allait répondre. Il n'y avait personne dans cette chambre, et elle estima que tous avaient du se lever. Elle arrivera bien à le retrouver, quitte à ouvrir chaque chambre une par une. Elle pressa le pas, ouvrit grand la porte de la seconde chambre, sans y trouver un signe de lui. Il y avait des dizaines de chambres par couloir, ça allait prendre un temps fou ! Elle fonça, et sans prendre soin de faire attention ouvrit grand la porte de la prochaine chambre.


-Ricco !



Qui était occupée.
Par la générale Jarvinen.

Au milieu d'un bien gros bordel. Elle arrivait à dormir là dedans ? Et pourquoi Elain se posait-elle une telle question alors qu'elle avait toutes les chances de se faire virer des Frilägen avec une telle erreur ? Bon, si elle réussissait à s'excuser et à s'éloigner en fermant gentiment la porte derrière elle... Sauf qu'un détail la laissa encore immobile quelques secondes. Sur ses genoux, était posé une petite bête familière.


-Excusez moi... Je ne voulais pas...
Commença-t-elle en faisant bêtement une courbette pour s'excuser.J'étais paniquée. Je cherchais... ce lemming.

C'était la fin. Elle allait repartir faire les routes comme un vulgaire nomade...


[HRP : Message un peu pourri. Dis moi si quelque chose te gêne !]
© FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH'


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FRILAGEN
avatar

MESSAGES : 29
DATE D'INSCRIPTION : 01/03/2014
GRADE/MÉTIER : Général

MessageSujet: Re: Hakuran - feat. Elain   Dim 31 Aoû - 11:25



Tu fus surprise lorsque la porte de ta chambre s'ouvrit à grande volée et qu'une jeune demoiselle pénétra, comme paniquée. Elle le fut d'autant plus lorsqu'elle te vit, toi, avec le lemming entre les mains. Les excuses affluèrent, tu fis un simple sourire pour rassurer et agita la main plusieurs fois pour lui faire signe d'entrer.

-Ne t'inquiète pas voyons, entre entre. À mon avis, tu ne dois pas être bien à l'heure à l'entraînement de cette matinée.

Tu ne l'avais pas dit pour être méchante, au contraire. Tu lui demandas de fermer la porte et te levas en même temps pour te diriger vers elle avec la petite créature entre les mains. Tranquillement, tu la lui déposas entre les bras, et souris. Tu savais quel soldat elle était, tu assistais en général aux recrutements et aux entraînements. Tu te souvenais de chaque visage comme de chaque nom, même s'il fallait un certain temps pour te souvenir de ceux qui se faisaient bien discrets.

-C'est ton ami, si j'ai bien compris? Il faudrait que tu fasses attention, un peu. Surtout s'il se ballade ici tu sais...

Tu lui proposas un coin de ton lit pour qu'elle s'assied et tu pris ton peigne pour brosser tes cheveux rapidement au milieu de ce foutoir.

-C'est que j'ai un serpent, et il était même sur le point de le dévorer! Imagine si jamais il lui arrive malheur avec les autres familiers de cette fourmilière!

Bon, en même temps ce n'était pas courant d'avoir un serpent de compagnie, mais dans un château où trônaient les reptiles comme les sauriens de Luniwën, il était préférable de prendre les devants. Tu avais déjà vu plusieurs familiers tomber dans les crocs de ces bestioles, parce qu'ils n'avaient pas été prévenus ou protégés. Tu soupiras en te dirigeant vers la fenêtre et tira quelques peu les rideaux. Les entraînements étaient assez avancés. Tu te retournas légèrement.

-Tu ne pourras pas y aller sans justificatif, et tu risques d'être punie. Reste-là.

Tu allas dans ta salle de bain, te changeas et te préparas correctement. Au départ tu n'avais pas l'intention de sortir de ta chambre pour le reste du temps, mais la demoiselle était en détresse vis-à-vis des règles instaurées, et tu ne pouvais pas te permettre de la laisser en pâture à des supérieurs faisant du zèle. Surtout pas Sér.
Ta chevelure était plus turquoise que jamais, et la douceur de ton parfum qui contrastait avec les lieux si mal entretenus exhalait à présent de ta peau. Ce chapeau d'un noir sombre sur le dessus du crâne, ton bâton à la main, tu étais à présent prête pour affronter les mille dangers. Malheureusement, tu savais qu'elle ne pourrait pas retourner comme cela impunément, et aucune excuse n'était tolérée si elle n'était pas justifiée dans le temps.

-Par contre, je ne pense pas que tu puisses retourner à ton entraînement. Le capitaine est intransigeant et tu le sais. Je te propose d'aller nous excuser, et je justifierai ton aide dans mes travaux. Néanmoins, tu vas devoir me suivre pour la journée.

Tu souris, penchas légèrement la tête sur le côté.

-Normalement j'offre ces formations en groupe plus tard, tu seras peut-être privilégiée à ce niveau. Mais il va falloir te rattraper sur le cours de Fyrir.

Attrapant le trousseau de clefs d'une main, un grimoire imposant de l'autre, tu ouvris la porte à l'aide de l'extrémité de tes doigts et sortis de la pièce en lui demandant de l'accompagner. En la refermant, tu enfilas les clefs dans ton sac de cuir accroché à ton épaule, puis tu cheminas dans les couloirs du château pour sortir. Les quelques soldats qui passaient te saluaient respectueusement. Le titre faisait également le respect, mais ce n'était pas tout.
Une fois arrivées sur les terres d'entraînement du capitaine Fyrir, tu pris les devants, histoire de mettre à plat l'histoire.

-Bonjour Capitaine! Toujours à travailler de bonne heure. N'ayez craintes pour le soldat Llaeth, je l'ai réquisitionnée ce matin pour des prélèvements sur son ami. Elle m'accompagne pour la journée.

Tes mots étaient calmes et clairs. Le supérieur ne sembla pas dérangé, tant que le soldat en question rattrapait le retard et effectuait bien du travail. Tu fis signe à la demoiselle. C'était le moment de se plier aux courtoisies, même infimes.


HS:
 





In this beautiful world that is smeared with lies, i'm looking at the moon.
Lekný Jarvinen


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FRILAGEN
avatar

MESSAGES : 31
DATE D'INSCRIPTION : 05/02/2014
AGE : 21
GRADE/MÉTIER : Frilagen/Recrue

MessageSujet: Re: Hakuran - feat. Elain   Dim 28 Sep - 15:27



Retrouvailles









Elle s'attendait à une réprimande, à quelque chose d'un peu plus colérique. Mais la jeune femme se montra souriante, et d'une voix sereine lui dit d'entrer. Elain pris soin de ne pas marcher sur les tas d'ouvrages qui jonchaient le sol. A vrai dire, elle ne savait pas vraiment de quoi cela traiter, et se demandait pourquoi la femme ne faisait rien pour ranger cette chambre. La femme aux cheveux bleus lui tendit Ricco avec ce visage toujours aussi enjoué, et la jeune fille sourit légèrement en le prenant dans ses bras. La petite bête n'avait pas l'air paniquée du fait qu'elle fut dans les bras d'une étrangère. Au contraire, le lemming était détendu.

-Habituellement, je prends soin de bien fermer la porte de ma chambre quand je sors. Mais il a dû se glisser quand je ne lui prêtais pas attention. Répondit-elle d'un ton un peu gêné.

La générale désigna un coin de lit qui n'était pas toucher par le désordre pour que la recrue puisse s'asseoir. Elain la remercia d'un signe de tête et pris place, pendant que Jarvinen se peignait les cheveux en lâchant que son serpent avait faillit dévorer Ricco. A ces mots, elle sursauta en resserrant son ami contre elle. Il n'y avait aucun danger, et pourtant le simple fait d'entendre cela l'effrayait. Elle observa discrètement la pièce du regard. Le lit était aussi remplit d'affaires. Dormait-elle dedans ? La jeune fille songea ensuite que le temps passait terriblement vite, et qu'elle ferait mieux de filer à son entraînement. Elle allait se lever et la remercier une nouvelle fois en partant, mais cette dernière lui dit de rester, car sans justificatif les choses se compliqueront.

Elain n'était pas du genre à être têtue. Mais rater tout un entraînement allait lui coûter cher. Elle était déjà à la traîne pour sa corpulence, son âge et son sexe. Il serait difficile de se rattraper avec ça. Et ne parlant pas du capitaine Fyrir qui n'avait pas l'air d'être sympa sans être énervé. Elle décida donc de patienter, d'attendre que sa supérieure finisse de se préparer, même si pour elle cela signifiait se reposer sur quelqu'un et ne pas être efficace. Être presque... un poids ? Elle regarda silencieusement la jeune femme revenir, munie de son chapeau et de son bâton. Des accessoires qui ne se séparaient d'elle que rarement, selon les dires des soldats qu'elle entendait. Ca commérait partout dans les couloirs, des critiques positives ou négatives sur les supérieurs. Mais peu de personne ne disaient de mal d'elle. Par crainte, respect ? Admiration ?

La jeune femme lui expliqua ensuite son plan de ré-insertion. Elain devra suivre et assister Jarvinen pour toute la journée, et devra se rattraper pour le cours de Fyrir. Bon, cela lui offrirai peut-être un atout. Mais elle ne voyait pas exactement ce qu'elle fera avec elle. Ses exercices demeuraient encore superficiels, ça restait surtout dans du physique et dans le fait d'obéir aux ordres et d'être ponctuel. Et la ponctualité ne fut pas le point fort pour Elain aujourd'hui. Elle suivit la générale comme une ombre, et sur le chemin quelques soldats saluèrent la générale avec respect. Une fois arriver sur le terrain d'entraînement, Elain ressentit de l'appréhension. Elle ne savait pas exactement comment les choses allaient se passer. Jarvinen pris la parole et annonça la nouvelle au capitaine d'une voix enjouée. Bon, si c'était aussi simple que ça.

La femme fit ensuite un léger signe à la jeune fille. C'était à son tour de s'exprimer. Enfin, si l'on pouvait dire s'exprimer. Elle pencha respectueusement la tête en guise d'excuse. Au faite, il n'y avait pas grand chose à dire. Rattraper cet exercice était une obligation, point. Et son supérieur avait l'air de ne pas être dérangé plus que ça. Inutile d'en faire plus. Elle suivit ensuite Jarvinen vers sa prochaine destination, qu'elle ignorait complètement. Habituellement, elle ne lui aurait pas demander. Mais elles avaient déjà en quelque sorte engager une conversation, depuis qu'Elain était entré dans sa chambre.

-Excusez moi, générale, mais... En quoi consiste la formation dont vous m'avez parlé ? J'aimerais comprendre ce que vous attendez de moi pour aujourd'hui. Questionna-t-elle.

Et elle voulait aussi comprendre quels étaient ces "prélèvements". Etait-ce un mensonge pour justifier son retard ou était-ce en parti vrai ? Quant à Ricco, elle n'avait pas eu le temps de le poser dans sa chambre, elle avait suivi Jarvinen jusque là, et le lemming était maintenant dissimuler dans son uniforme.

[HRP : Désolée du retard ! Et la réponse, c'est pas trop ça :/ ]
© FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH'


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FRILAGEN
avatar

MESSAGES : 29
DATE D'INSCRIPTION : 01/03/2014
GRADE/MÉTIER : Général

MessageSujet: Re: Hakuran - feat. Elain   Lun 6 Oct - 16:01



Tu ne t'arrêtas que lorsque vous atteignîmes l'orée de la forêt, des bois beaucoup plus loin du camp que les gens ne l'imaginaient, et cela vous avait pris une bonne heure de marche. Tu n'avais pas ajouté grand chose, tu préférais tout expliquer sur place, car les mots souvent ne servaient à rien. C'était la partie la plus horrible de l'apprentissage, lorsque celui-ci devait se concentrer sur les leçons plus théoriques, moins combattantes, et que souvent les soldats échouaient car trop peu intéressés. Tu détestais cette approche qu'ils éprouvaient à l'égard de ton art. Tu ne faisais pas tes recherches pour rien, elles aboutissaient toujours à une avancée pour le camp et pour les connaissances en général. Mais comment donner envie à des hommes aussi peu impliqués? Eh bien, il n'y avait rien de mieux que de les immerger dans ce monde naturel et totalement imprévisible.

-Cela paraîtra assez embêtant, mais tu verras, tu seras reconnaissante lorsque tu pourras les utiliser au combat ou dans des stratégies même minimes!

Tu dressas plusieurs flacons que tu sortis de tes sacs. Ils étaient vides, mais tu comptais bien les remplir correctement, en bonne et due forme.

-Nous allons chasser les plantes et les bêtes!

Tu affichas un large sourire, avant d'établir un petit lieu de retour. Vous dépliâtes une couverture que vous mîtes sur l'herbe, avant d'y étaler les ustensiles et les livres que tu avais apporté. Puis tu sortis ton gros grimoire, celui que tu remplissais au fur et à mesure que les recherches semblaient fructueuses. Tu déposas ton bâton, t'installas sur la nappe, et souris.

-Installe-toi. Poursuivis-tu calmement, étalant tout ce que tu pouvais étaler, il faut d'abord que tu comprennes qu'un camp et une armée n'est pas seulement une question d'armes ou de force. L'intelligence, la stratégie et autres manipulations sont vitales, voire essentielles. La force brute, seule, ne vaut rien.

Tu plissas les yeux, une mimique légère comme si tu voulais qu'elle comprenne tes dires. Tu voulais lui transmettre cela, tu voulais qu'elle essaie, au moins, même si elle ne comprenait pas. Il était tellement difficile de faire comprendre. La compréhension de ces choses n'atteignaient souvent que peu de personnes.

-Ce ne sera pas facile. Ce sera long et aussi embêtant que d'aller nettoyer les défécations des crocos de Luniwën. Mais il faut le faire. Alors, tu m'écouteras, n'est-ce pas?

Ta tête s'était légèrement penchée sur le côté, tu avais un sourire sur les lèvres qui invitait à la connaissance. Il fallait qu'elle sache, qu'elle soit curieuse de ce monde comme le devrait être chacun des hommes. Non pas juste pour le savoir, mais pour développer un sens de la réflexion que n'avaient pas les hommes des villages, ceux qui ne s'intéressaient pas à l'intellect.
Tu attrapas plusieurs flacons, notamment des vides, et tu les lui posas entre les mains, avant d'en reprendre entre les tiennes.

-Viens, laisse tes affaires ici. La première chose que nous allons faire c'est de cueillir le maximum d'échantillon dans les bois à côté. Ah, et ne t'inquiète pas pour nos affaires, Nidhogg viendra les préserver de tout voleur!

Un bond, tes pas se firent rapides jusqu'à l'intérieur des bois. Là, un univers totalement différent t'accueillait, ouvrait ses portes secrètes pour te révéler ce à quoi les hommes avaient échappé. Des odeurs de bois, de feuilles, de mousse imbibée d'eau... le bruit des insectes et des oiseaux, des souris qui passaient entre les feuilles mortes au sol... il y avait dans cette atmosphère quelque chose d'unique qui te faisait sourire. Le cœur léger, tu poursuivis ta marche sans omettre de tout commenter à ta jeune apprentie.

-Alors, avant tout, quelles sont les choses que l'on peut faire avec des ingrédients naturels?







In this beautiful world that is smeared with lies, i'm looking at the moon.
Lekný Jarvinen


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FRILAGEN
avatar

MESSAGES : 31
DATE D'INSCRIPTION : 05/02/2014
AGE : 21
GRADE/MÉTIER : Frilagen/Recrue

MessageSujet: Re: Hakuran - feat. Elain   Lun 3 Nov - 11:53



La Forêt









Jarvinen avait décidée de garder le mystère, sortant du camp sans en dire plus, suivie par la recrue. Elain n'était habituellement pas bavarde, et de toute façon elle n'avait rien à dire à sa supérieure, alors elle ne dit pas non plus énormément de chose, hochant la tête ou répondant brièvement quand la générale lançait une réplique. La jeune fille avait quelques doutes concernant ce que faisaient la générale, elle savait déjà que ça allait être tout à fait différent de ces entraînements habituels. D'abord parce qu'elle était assez différente des autres en lui jetant un simple regard, et deuxièmement, parce que les bouches des soldats s'ouvraient beaucoup trop souvent.

D'une voix enjouée, Jarvinen annonça qu'elles allaient chasser les plantes et les bêtes. Les yeux d'Elain s'écarquillèrent un peu, elle ne s'attendait pas à ce genre d'activité. Elle aida ensuite la générale à déplier sa grande nappe, et à y déposer tout ce dont elles auraient besoin pour la suite. La jeune femme s'y installa ensuite, et lorsqu'elle y invita la recrue, cette dernière fit de même. Elle lui expliqua ensuite que la force ne suffisait pas, et qu'il fallait une dose de stratégie dans une armée. Elain hocha la tête, essayant de se figurer cet aspect. Il fallait dire que se lever chaque jour pour donner des coups à ses potentiels futurs camarades réduisait considérablement les autres perspectives, que l'on soit intelligent ou non. Et l'idée de cette nouveauté la rassurait un peu.

-Je ferai de mon mieux. Répondit-elle.

Elle pinça légèrement les lèvres en songeant aux horribles déjections qui jonchaient presque constamment le domaine Frilägen, tout en regardant Jarvinen se dirigeait vers des flacons vides pour essayer d'oublier cette vision. La générale lui tendit des flacons, et la jeune fille s'en saisit avec précautions. Elles quittèrent ainsi leurs affaires, surveillées par ce cher serpent qui avait bien faillit avaler son ami, et s'engouffrèrent définitivement dans la forêt.

Cela lui rappela quelques souvenirs de son enfance, ses sorties avec son père, les balades qu'elle avait ensuite livré seule, après son décès, puisque sa mère n'aimait pas vraiment ce genre de sorties. La mélodie de la nature lui donna un sourire léger. Le silence nouveau fut ensuite brisé de nouveau par la question de sa supérieure. Elain reprit son sérieux, prenant quelques secondes pour essayer de réunir ce qu'elle savait, puis répondit.

-On peut élaborer des plats. Du poison aussi, certainement. Je suppose que dans certains cas ces ingrédients peuvent servir de remède, ou à mieux cerner le paysage.

Elle demeura silencieuse quelques secondes, puis reprit.

-Mais certains détails ont du m'échapper.

Elain tourna un visage interrogatif à sa supérieure. La jeune fille s'éprenait de curiosité pour cette nouveauté dans sa formation, qui à vrai dire l'amusait assez.

© FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH'


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FRILAGEN
avatar

MESSAGES : 29
DATE D'INSCRIPTION : 01/03/2014
GRADE/MÉTIER : Général

MessageSujet: Re: Hakuran - feat. Elain   Lun 2 Fév - 4:53




Un sourire fendit ton visage alors que tu lui adressais un regard. Tes flacons à la main, tu préparais ton petit couteau pour couper racines et feuilles, fleurs et tiges. Tu confirmas de la tête, ouvrant les premiers flacons.

-Tout à fait! C'est pourquoi cet entraînement-là est obligatoire pour tous une fois que vous avez passé l'entraînement de base et la formation au métier de soldat. Être soldat Frilägen, ce n'est pas seulement savoir se battre et contrer les adversaires que nous aurons en face. C'est aussi se prémunir de tout danger, savoir survivre. Et dans les deux cas, seule la nature sera capable d'appuyer une quelconque aide à cet exercice plutôt difficile!

Tu lui tendis les flacons, puis sortis ton grimoire sur lequel tu avais passé des années à répertorier toutes les plantes, fleurs, champignons, arbres... créatures animales ou végétales propres à ce pays, et tu ouvris la partie destinée à la faune et la flore de l'est. Alors là, tu lui montras attentivement avant d'attraper ton petit couteau.

-La mousse, bien qu'amère, soigne tout maux bénin. Il aide le corps à combattre contre la maladie, il évite de mourir d'une mauvaise grippe.

Lanças-tu alors en coupant de la mousse pour en mettre dans ton premier flacon.

-Vas-y, prends-en. Et coupe vraiment à la racine, pour éviter de les casser. Détruire le dessus enlèverait toutes ses propriétés!

Tu attendis qu'elle le fasse. Ce n'était pas un exercice que tu laissais faire comme ça à tout le monde, car souvent les soldats étaient assez ignorants et coupaient tout comme du steak. Ce que tu préférais, c'était les "cours" plutôt calmes, avec deux ou trois personnes. Là, sans leurs compagnons, ils étaient plus attentifs à tes dires et tu avais plus de plaisir à enseigner. D'autant que ce n'était pas ton truc, de transmettre ces choses-là. Toi tu préférais échanger avec des connaisseurs, tu préférais découvrir et débattre. C'était un peu la différence entre un vrai professeur et un chercheur.

-C'est très bien comme ça.

Tu souris, plutôt satisfaite. Au moins tu aurais un peu d'aide pour la récolte du jour et tu pourrais récolter suffisamment de plantes pour soigner tout le monde au camp. Car il était vrai que les épidémies en tout genre commençaient à grignoter les défenses des soldats les plus costauds. Tu te levas, et non loin de la mousse tu t'accroupis.

-Là c'est de l'angélique. Elle aussi est très importante pour le système immunitaire. En plus de ça elle évite les ballonnements, les spasmes et permet au foie de fonctionner correctement. C'est très important pour un malade.

Tu coupais tranquillement la plante en expliquant tout cela, une fois que tu étais lancée tu ne pouvais plus sortir de ton univers. C'était un monde que tu connaissais et que tu redécouvrais sans cesse, un monde dans lequel tu te sentais bien et d'où tu ne voulais absolument pas sortir. Mais c'était aussi pour cela que tu étais qualifiée de général de haut niveau. Ce n'était pas pour rien que tu avais atteint ce rang, ton travail était récompensé rien que par ce titre et cette position. Alors toi, tu pouvais bien donner un peu de ton temps à tous ceux qui ne savaient rien, à tous ceux qui ne connaissaient rien de ce monde et à qui tu pouvais donner une chance de survivre.
Mettant les petits plants dans leurs flacons, tu poursuivis ta cueillette sans te poser de questions, invitant la jeune fille à faire de même et à t'imiter dans tes moindres faits et gestes. C'est ainsi qu'un bon paquet de plantes avaient été cueillies.

-Je pense que ça c'est bon! Tu aimes bien les animaux? À mon avis oui, vu ton compagnon.

Tu souris.

-Il y en a beaucoup ici. Il faut faire attention à ne pas les déranger.







In this beautiful world that is smeared with lies, i'm looking at the moon.
Lekný Jarvinen


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Hakuran - feat. Elain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung
» Words drifting in the wind ... (feat. Rafael Alvarez)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le débarras :: Partie des RPs-
Sauter vers: